Modifié le 20 mars 2015 à 18:24

Report des négociations sur le nucléaire iranien à Lausanne

John Kerry est allé dîner à la Crêperie d'Ouchy après la suspension des négociations vendredi.
Les négociations de Lausanne sur le nucléaire iranien interrompues Forum / 3 min. / le 20 mars 2015
La délégation iranienne qui participe aux pourparlers de Lausanne sur le programme nucléaire de Téhéran quitte la Suisse vendredi après l'annonce du décès de la mère du président Hassan Rohani.

Les discussions sur le programme nucléaire reprendront mercredi, a annoncé vendredi un responsable iranien. Cette pause a été décidée après l'annonce vendredi matin du décès de la mère du président iranien Hassan Rohani, qui était âgée de 90 ans.

Initialement, les ministres des Affaires étrangères français, allemand et britannique devaient se rendre samedi à Lausanne afin de participer aux pourparlers.

Réunion à Bruxelles

Les dirigeants allemand Angela Merkel, français François Hollande et britannique David Cameron ont été conviés par la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini à une réunion vendredi matin portant sur ces négociations.

Les grandes puissances et Téhéran mènent depuis lundi une course contre la montre pour sceller un accord dit "politique" avant la date-butoir à la fin du mois. Il permettrait de résoudre le casse-tête du nucléaire iranien qui empoisonne la communauté internationale depuis plus de douze ans.

agences/grin

Publié le 20 mars 2015 à 15:03 - Modifié le 20 mars 2015 à 18:24

"opportunité historique"

Le président américain Barack Obama a appelé jeudi Téhéran à saisir l'"opportunité historique" de sceller un accord sur son programme nucléaire.

Il a rappelé qu'un tel geste bénéficierait à l'ensemble de la communauté internationale pendant "de nombreuses années".

De son côté, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a appelé vendredi les grandes puissances à abandonner leurs "pressions" et accepter un accord. Dans une apparente réponse à Barack Obama, il affirme que les Etats-Unis ne peuvent pas à la fois faire pression et poursuivre les négociations.