Publié

Onze prêtres accusés de pédophilie en Espagne devraient échapper à la justice

Les poursuites judiciaires des prêtres espagnols avaient été entamées grâce à l'intervention du pape François. [Giuseppe Cacace - AP Photo/Keystone]
Les poursuites judiciaires des prêtres espagnols avaient été entamées grâce à l'intervention du pape François. [Giuseppe Cacace - AP Photo/Keystone]
Onze des 12 inculpés dans une affaire de prêtres pédophiles en Espagne devraient échapper aux poursuites, les faits étant prescrits, selon la décision d'un juge publiée lundi.

Le magistrat d'un tribunal de Grenade (sud de l'Espagne) a estimé lundi qu'il devait "déclarer la prescription des délits d'abus sexuels sans pénétration, d'exhibitionnisme, et dissimulation de preuves", pour 9 prêtres et 2 laïcs qui avaient été dénoncés par un ex-enfant de choeur.

Ces faits doivent faire l'objet d'une plainte dans les 3 ans après la majorité de la victime, explique le juge dans ses attendus, citant le code pénal en vigueur au moment des faits, qui a été durci depuis.

La partie civile fera appel

Or, le jeune homme, âgé aujourd'hui de 25 ans, a déposé plainte fin 2014, soit plus de 6 ans après avoir atteint ses 18 ans.

Le juge a en revanche décidé de maintenir les poursuites contre le curé de la paroisse que fréquentait l'enfant.

L'association de protection de l'enfance Prodeni, partie civile dans cette affaire, la plus grave visant l'Eglise espagnole par le nombre de personnes mises en cause, a immédiatement annoncé qu'elle ferait appel de cette décision.

ats/ptur

Publié

Le pape s'était ému de l'affaire

Le pape François s'était ému de la lettre de l'ex-enfant de choeur, se présentant comme membre de l'Opus Dei et racontant le calvaire qu'il avait enduré pendant plusieurs années.

Il détaillait les sévices et les viols qu'il dit avoir subis de la part du prêtre de sa paroisse entre l'âge de 14 ans et 17 ans, avec la participation ou la complicité d'autres personnes qui se réunissaient dans une villa avec piscine à Grenade.

Le pape l'avait encouragé à porter plainte et avait raconté à des journalistes qu'il avait lui-même demandé à l'évêque concerné de lancer une enquête.