Modifié

Laurent Fabius: "Pas question de remettre en selle Bachar al-Assad"

Bachar doit partir, même si des éléments de son régime restent [RTS]
"Il ne s'agit pas de remettre en selle Bachar al-Assad" / L'actu en vidéo / 1 min. / le 23 janvier 2015
Lors d'un entretien accordé à la RTS depuis Davos, Laurent Fabius a rappelé la stratégie française en Syrie: travailler avec l'opposition modérée et des éléments du régime, mais sans Bachar al-Assad.

Interrogé vendredi depuis Davos sur le groupe Etat islamique, Laurent Fabius, ministre français des Affaires étrangères, a réaffirmé la lutte de la France contre les djihadistes, mais a assuré que ce combat ne changeait pas sa position sur Bachar al-Assad.

"Il s'agit de lutter contre Daesh, les terroristes, mais il ne s'agit pas de remettre en selle le dictateur, Monsieur Bachar al-Assad", a ainsi assuré Laurent Fabius. "Imaginez si vous avez en Syrie d'un côté la barbarie de Bachar al-Assad, et de l'autre celle de Daesh, ça veut dire que la Syrie est pour une décennie dans la misère", a-t-il expliqué.

"Trouver des éléments du régime avec qui travailler"

"Nous essayons de chercher une solution politique qui sera d'un côté des éléments du régime de Bachar al-Assad, mais sans Bachar, et l'opposition modérée", a-t-il précisé, assurant que l'on pouvait trouver dans le régime syrien "des gens qui n'ont pas de sang sur les mains comme Bachar al-Assad".

"Il faut soutenir l'opposition modérée et à la fois trouver dans le régime des éléments avec lesquels nous puissions bâtir quelque chose. Nous travaillons discrètement dans cette direction", a assuré le ministre français.

Darius Rochebin/mre

Publié Modifié

La France à Davos "dit sa foi dans l'entreprise"

Sur le thème de l'économie, "entreprendre est un mot français", a rappelé Laurent Fabius depuis Davos, soulignant le "moment important" de la réforme d'Emmanuel Macron en France.

Laurent Fabius: la France à Davos "dit sa foi dans l'entreprise" [RTS]
Laurent Fabius: la France à Davos "dit sa foi dans l'entreprise" / L'actu en vidéo / 2 min. / le 23 janvier 2015

L'hommage au roi Abdallah

Réagissant à la mort du roi d'Arabie saoudite, Laurent Fabius a exprimé ses condoléances pour la disparition d'un "ami de la France".

Il a souligné que la succession est maintenant "capitale pour la stabilité de la région", citant les variations récente du cours du prix du pétrole, alors "que l'Arabie saoudite est le premier exportateur de pétrole du monde".

Laurent Fabius: la succession en Arabie saoudite, "capitale pour la stabilité" [RTS]
Laurent Fabius: la succession en Arabie saoudite, "capitale pour la stabilité" / L'actu en vidéo / 1 min. / le 23 janvier 2015