Publié

L'aéroport de Donetsk dans l'est de l'Ukraine fortement bombardé

"La situation reste tendue dans les zones de Marioupol, Donetsk et Lougansk", a estimé un porte-parole militaire ukrainien. [OLGA IVASHCHENKO - Keystone]
"La situation reste tendue dans les zones de Marioupol, Donetsk et Lougansk", a estimé un porte-parole militaire ukrainien. [OLGA IVASHCHENKO - Keystone]
La situation restait tendue dimanche à Donetsk, dans l'est ukrainien, où des bombardements soutenus se sont produits. Un soldat ukrainien est mort, et dix autres blessés, dans les dernières 24 heures.

D'intenses bombardements se sont déroulés dimanche dans l'est séparatiste pro-russe de l'Ukraine, et particulièrement dans la zone de l'aéroport de Donetsk disputé entre l'armée ukrainienne et les rebelles, d'après une correspondante de l'AFP sur place.

Selon l'armée ukrainienne, "les groupes armés illégaux (séparatistes, ndlr) augmentent le nombre et l'intensité de leurs attaques", dont "la principale cible reste l'aéroport de Donetsk".

Un soldat tué dans les dernières 24 heures

"La situation reste tendue dans les zones de Marioupol, Donetsk et Lougansk", a également estimé le porte-parole militaire ukrainien Andriï Lyssenko, qui a fait état d'un soldat tué et de dix autres blessés au cours des dernières 24 heures.

Après plusieurs semaines d'une trêve plutôt respectée, les combats, qui ont fait plus de 4700 morts depuis avril, ont redoublé d'intensité depuis jeudi, alors que Kiev, Moscou, Berlin et Paris s'activent pour trouver une solution politique au conflit.

afp/tmun

Publié

Plus de 200 Polonais évacués

Le gouvernement polonais a entamé dimanche le rapatriement de près de 200 personnes d'origine polonaise de l'est ukrainien, a annoncé son ministre des Affaires étrangères.

Ces personnes d'ascendance polonaise, essentiellement des familles avec des enfants vivant dans des zones tenues par les séparatistes pro-russes, devraient pouvoir rentrer en Pologne "dans les prochains jours".

Plus 300 mineurs bloqués durant plusieurs heures

Dimanche après-midi, 331 mineurs sont restés bloqués plusieurs heures au fond de la mine de charbon de Zasyadko, l'une des plus importantes de la région, après une coupure d'électricité provoquée par ces bombardements soutenus.

Ils ont tous été ressortis sains et saufs en début de soirée, a annoncé un responsable du syndicat indépendant des mineurs ukrainiens, Mikhailo Volynets.

Suite des discussions

Les discussions se sont poursuivies dimanche avant un possible sommet sur l'avenir de la région le 15 janvier à Astana (Kazakhstan) entre les présidents ukrainien, Petro Porochenko, et russe, Vladimir Poutine, sous l'égide du président français, François Hollande, et de la chancelière allemande, Angela Merkel.

La date des prochains pourparlers n'est toutefois pas confirmée, les dirigeants français et allemand ayant en effet lié leur tenue à la possibilité de progrès substantiels dans la résolution du conflit.