Modifié

Une attaque "terroriste" à la frontière saoudo-irakienne fait quatre morts

Un garde surveille la frontière avec l'Irak, qui est longue de quelque 800 kilomètres. [Reuters]
Un garde surveille la frontière avec l'Irak, qui est longue de quelque 800 kilomètres. [Reuters]
Des gardes-frontière ont été attaqués lundi en Arabie saoudite, non loin de l'Irak, par des "éléments terroristes", a annoncé le ministère de l'Intérieur. Quatre personnes ont trouvé la mort.

Une patrouille de gardes-frontière a essuyé lundi des tirs au poste Souif, dans la région d'Arar, à proximité de l'Irak, "de la part d'éléments terroristes", a annoncé le ministère de l'Intérieur d'Arabie saoudite.

Les gardes-frontière ont répliqué, tuant un combattant. Puis "un terroriste a actionné sa ceinture d'explosifs, se donnant la mort, tuant deux agents de sécurité et blessant un troisième", a ajouté le porte-parole du ministère.

La provenance et le nombre d'assaillants n'a pas été précisé. L'une des victimes est le commandant des gardes-frontière de la région, selon le site d'informations Sabg.

Lutte contre l'EI

Cet été, Ryad a renforcé ses mesures de sécurité face à la percée de combattants de l'Etat islamique (EI) en Irak, notamment en déployant des milliers d'hommes à la frontière. Depuis septembre, le pays participe en plus à la coalition internationale qui mène des raids contre l'EI.

Les attaques armées se sont néanmoins multipliées dans le royaume.

afp/bri

Publié Modifié

Menaces du chef de l'EI

Dans un court message audio qui lui est attribué et mis en ligne début décembre, le chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi a dit à l'adresse des Saoudiens: "Comme vous avez la tête du serpent et la source du mal, n'oubliez pas d'aiguiser vos épées".

Les dirigeants saoudiens "ne seront plus en sécurité ou en paix", a-t-il menacé.

Une "ignoble attaque"

Le Comité des grands oulémas, le plus haute autorité religieuse dans le royaume, a aussitôt dénoncé une "ignoble attaque criminelle qui relève du terrorisme" et réaffirmé son "soutien à l'Etat dans sa campagne contre les partisans des organisations extrémistes, "dont Daech (acronyme arabe du groupe Etat islamique - EI) et Al-Qaïda".

La région d'Arar à la frontière avec l'Irak