Modifié

Les sanctions économiques contre la Crimée renforcées par l'UE

En Crimée, un homme passe devant un panneau qui dit: "au moins les pierres tombent du ciel, nous somme chez nous!" [Pavel Rebrov - Reuters]
En Crimée, un homme passe devant un panneau qui dit: "au moins les pierres tombent du ciel, nous somme chez nous!" [Pavel Rebrov - Reuters]
Les sanctions économiques qui visent la Crimée ont été renforcées jeudi par l'Union européenne, qui a notamment interdit tous les investissements européens ainsi que les croisières touristiques.

L'Union européenne a adopté jeudi de nouvelles sanctions visant la Crimée. Elle interdit désormais tous les investissements européens, ainsi que les croisières, pour marquer son opposition à "l'annexion illégale" de la péninsule ukrainienne par la Russie.

"A compter du 20 décembre, les investissements en Crimée ou à Sébastopol sont interdits. Les Européens et les entreprises établies dans l'UE ne peuvent plus acheter des biens immobiliers ou des entités en Crimée ou financer des entreprises de Crimée", a indiqué le Conseil européen.

Le tourisme également visé

En outre, "les opérateurs de l'UE ne seront plus autorisés à fournir des services liés au tourisme en Crimée et à Sébastopol"

Ces nouvelles sanctions complètent un arsenal de mesures déjà prises depuis le début de la crise. Parmi celles-ci, figurent des listes de personnalités interdites de visa et dont les avoirs dans l'UE sont gelés, mais aussi l'interdiction de financer des banques et entreprises pétrolières russes.

agences/gchi

Publié Modifié

L'Occident se comporte comme un "empire"

Questionné jeudi lors de sa conférence de presse annuelle sur le conflit ukrainien, Vladimir Poutine n'a pas voulu se prononcer sur la présence ou non de soldats russes dans l'est ukrainien.

Il s'est contenté d'évoquer ceux qui "suivant l'appel de leur conscience accomplissent leur devoir".

Vladimir Poutine n'a par contre pas hésité a affirmé que l'Occident se comporte comme un "empire" qui veut "faire marcher au pas ses vassaux".

Le président russe a aussi dénoncé "l'opération punitive" lancée par Kiev contre les rebelles pro-russes en Ukraine.

Vive réaction de la Russie

L'Union européenne doit comprendre que la Crimée est une "partie inaliénable" de la Russie, a réagi la diplomatie russe après l'adoption des nouvelles sanctions.

"Et nous rappelons à l'UE notre droit de répondre de manière adéquate à ces soi-disant mesures de restrictions contre les citoyens russes sans distinction", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères.