Modifié

La justice suédoise confirme le mandat d'arrêt contre Julien Assange

Lors d'une apparition publique depuis le balcon de l'ambassade équatorienne, en août, Julian Assange s'était présenté comme la victime d'une "chasse aux sorcières" américaine. [Kerim Okten - Keystone]
Lors d'une apparition publique depuis le balcon de l'ambassade équatorienne, en août, Julian Assange s'était présenté comme la victime d'une "chasse aux sorcières" américaine. [Kerim Okten - Keystone]
La cour d'appel de Stockholm a confirmé jeudi le mandat d'arrêt européen visant Julian Assange dans une affaire d'agressions sexuelles. Le fondateur de WikiLeaks en demandait l'annulation.

La cour d'appel de Stockholm a rendu jeudi après-midi sa décision à propos du fondateur de WikiLeaks Julian Assange. Ce dernier, qui demandait l'annulation d'un mandat d'arrêt européen dans une affaire d'agressions sexuelles, s'est vu adresser une fin de non-recevoir.

La demande de l'Australien de 43 ans, qui vit reclus dans l'ambassade d'Équateur à Londres depuis juin 2012, avait été rejetée en première instance en juillet.

Peur de l'extradition

Émis en novembre 2010, le mandat d'arrêt doit permettre à la justice suédoise de l'entendre à propos des accusations portées contre lui par deux jeunes femmes d'une trentaine d'années. Il nie les faits, et demande à être entendu à Londres, ce que refusent les magistrats suédois.

Julian Assange craint d'être extradé par la Suède vers les États-Unis pour son rôle dans la publication par Wikileaks de 250'000 télégrammes diplomatiques américains et 500'000 rapports militaires classés secrets défense.

afp/ptur

Publié Modifié