Modifié le 17 novembre 2014 à 15:38

Près de 36 millions de personnes sont réduites à l'esclavage dans le monde

L'Ouzbékistan compte près de 4% de personnes réduites à l'esclavage. Chaque automne, plusieurs millions d'Ouzbeks, hommes, femmes et enfants, sont contraints par le gouvernement de participer à la récolte du coton, dont le pays est un des plus grands producteurs.
L'Ouzbékistan compte près de 4% de personnes réduites à l'esclavage. Chaque automne, plusieurs millions d'Ouzbeks, hommes, femmes et enfants, sont contraints par le gouvernement de participer à la récolte du coton, dont le pays est un des plus grands producteurs. [LEMAIRE Stéphane - hemis.fr]
Selon un rapport publié lundi par une ONG de défense des droits de l'Homme, 35,8 millions de personnes sont réduites à l'esclavage dans le monde.

Hommes, femmes ou enfants, 35,8 millions de personnes sont victimes d'esclavage dans le monde. Plus de 60% d'entre elles se trouvent en Inde, en Chine, au Pakistan, en Ouzbékistan et en Russie, révèle lundi l'organisation de défense des droits de l'Homme Walk Free.

"L'esclavage moderne est présent dans l'ensemble des 167 pays" couverts par l'étude, indique la fondation. Il peut s'agir de traite d'êtres humains, d'exploitation sexuelle, de travail forcé, de servitude pour dette ou de mariage forcé ou arrangé.

Toutes les formes d'esclavage se trouvent en Inde

L'Inde, où "existent toutes les formes d'esclavage moderne", reste largement en tête avec 14,3 millions de victimes, devant la Chine, (3,2 millions), le Pakistan (2,1), l'Ouzbékistan (1,2) et la Russie (1,1).

La Mauritanie connaît, elle, la plus forte proportion de victimes d'esclavage moderne par rapport à sa population (4%). "Le statut d'esclave y est héréditaire", souligne le rapport.

afp/ptur

Publié le 17 novembre 2014 à 15:05 - Modifié le 17 novembre 2014 à 15:38

La proportion est la plus faible en Europe

Même si l'Europe dispose de la proportion de personnes exploitées la plus faible (1,6%), elle compte quand même 566'200 victimes, souvent d'une exploitation sexuelle ou économique.

La Bulgarie, la République Tchèque et la Hongrie arrivent en tête des mauvais pays européens, mais c'est la Turquie qui compte le plus grand nombre de cas (185'500), dont notamment des mariages d'enfants, du travail forcé et de la prostitution.

L'Islande et le Luxembourg sont les deux pays les plus exemplaires, avec seulement 100 victimes chacun.

Nouvelle méthode de comptage

Le nombre d'esclaves modernes recensés est en hausse de 23% par rapport à 2013 (30 millions).

Ce n'est pas à cause d'une explosion du nombre de cas mais d'une meilleure méthodologie, précise l'ONG Walk Free.