Modifié

L'aéroport d'Acapulco bloqué par une manifestation pour les étudiants

Les accès de l'aéroport ont été bloqués par les manifestants. [EPA/Francisca Meza - Keystone]
Les accès de l'aéroport ont été bloqués par les manifestants. [EPA/Francisca Meza - Keystone]
Des manifestants protestant contre le massacre présumé de 43 étudiants ont bloqué lundi l'accès à l'aéroport international d'Acapulco, la ville touristique du sud du Mexique.

"Personne n'entre, personne ne sort jusqu'à nouvel ordre": des étudiants masqués ont bloqué lundi l'entrée de l'aéroport d'Acapulco, armés de bâtons et de barres de fer.

Des milliers de personnes ont convergé vers l'aéroport international, une manifestation conduite par les parents des disparus et des élèves de l'école normale d'Ayotzinapa, à laquelle appartenaient les 43 étudiants disparus depuis le 26 septembre.

Affrontements

Le porte-parole des parents des 43 étudiants a annoncé un blocage des accès à l'aéroport pendant trois heures. Avant que le gros des manifestants aient atteint l'aéroport, un groupe de 300 protestataires, la plupart masqués, ont affronté un barrage de policiers qui tentaient de leur barrer la route. Onze policiers ont été blessés par des jets de pierres et un cocktail molotov.

Après des négociations menées entre des officiers et le porte-parole les policiers se sont écartés pour laisser passer les manifestants, nombre d'entre eux armés de bâtons ou de machettes.

afp/mre

Publié Modifié

Les manifestations se multiplient

De nombreuses manifestations de colère ont été organisées depuis la disparition le 26 septembre de 43 étudiants de l'école normale d'Ayotzinapa, dans l'Etat de Guerrero, puis l'annonce vendredi de leur massacre probable par des membres du crime organisé.

Cette affaire constitue la plus grave crise de la présidence d'Enrique Peña Nieto, arrivé au pouvoir en décembre 2012 et critiqué pour ne pas avoir annulé un déplacement diplomatique en cours en Chine.

"Peña dehors!", "Peña assassin!", "Reste en Chine!" font partie des slogans les plus repris par les manifestants. Samedi après une manifestation pacifique de plusieurs milliers de personnes à Mexico, un groupe de manifestants avait partiellement incendié la porte d'entrée du Palais présidentiel, au centre de la capitale.