Modifié le 10 novembre 2014 à 20:14

Armes lourdes et blindés non identifiés continuent d'affluer à Donetsk

L'OSCE a notamment décompté 19 camions militaires sans plaques d'immatriculation, transportant des canons de 122 mm et du personnel en uniforme sans insigne.
La crise ukrainienne commence à coûter chère à l'Union Européenne Le Journal du matin / 1 min. / le 10 novembre 2014
L'Union européenne et les Etats-Unis se disent "très inquiets" dimanche soir, alors que des armes lourdes et des chars et camions non identifiés continuent d'affluer à Donetsk, rapporte l'OSCE.

De nouvelles armes lourdes sont arrivées dimanche à Donetsk, bastion séparatiste prorusse dans l'est de l'Ukraine. Ce développement a provoqué des réactions tant européennes qu'américaines.

La cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a enjoint Moscou d'empêcher l'arrivée de tout renfort supplémentaire dans l'est de l'Ukraine, estimant "très inquiétante" la présence de chars signalée par l'OSCE.

Plus de 40 chars et camions

"J'appelle la Russie à assumer pleinement ses responsabilités à cet égard, y compris en empêchant tout mouvement de soldats, d'armes ou de combattants en provenance de son territoire vers l'Ukraine", a-t-elle poursuivi.

Les observateurs de l'OSCE ont annoncé dimanche avoir localisé en zone rebelle une colonne de véhicules blindés sans signes distinctifs, transportant des militaires non identifiés et des armes. Ils ont notamment fait état de "plus de 40 chars et camions" qui ont été vus circulant sur une voie rapide à la périphérie est de Makiïvka.

ats/asch

Publié le 09 novembre 2014 à 21:41 - Modifié le 10 novembre 2014 à 20:14

Les tirs s'intensifient

De violents tirs d'artillerie, les plus intenses depuis un mois, ont secoué dimanche la ville de Donetsk tenue par les séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine, selon des journalistes sur place.

Les tirs, qui ont commencé dans la nuit, semblaient provenir aussi bien du secteur tenu par les forces gouvernementales ukrainiennes autour de l'aéroport que des zones contrôlées par les rebelles. Ils étaient audibles dans le centre de la ville, qui comptait un million d'habitants avant le début du conflit.

Selon des habitants, des combats se déroulent près de l'aéroport que les séparatistes veulent prendre aux troupes gouvernementales.