Modifié

Des membres d'un gang avouent avoir tué les étudiants mexicains disparus

epa04479800 A photograph made available on 07 November 2014 shows members of a religious groups during a 43-hour symbolic vigil of praying and fasting demanding justice for 43 missing students at Zocalo square in Mexico City, Mexico, 05 November 2014. The 43 students of the Normal Rural School of Ayotzinapa in the southern town of Iguala went missing on 26 September after police opened fire on them, killing six people, including three of the student, and wounding 25 others. Following the incident, the teacher trainees were seen being led away by police who authorities say were in league with a local criminal gang. EPA/MARIO GUZMAN [EPA/MARIO GUZMAN]
epa04479800 A photograph made available on 07 November 2014 shows members of a religious groups during a 43-hour symbolic vigil of praying and fasting demanding justice for 43 missing students at Zocalo square in Mexico City, Mexico, 05 November 2014. The 43 students of the Normal Rural School of Ayotzinapa in the southern town of Iguala went missing on 26 September after police opened fire on them, killing six people, including three of the student, and wounding 25 others. Following the incident, the teacher trainees were seen being led away by police who authorities say were in league with a local criminal gang. EPA/MARIO GUZMAN [EPA/MARIO GUZMAN]
Des membres présumés d'un gang ont avoué avoir tué plus de 40 des étudiants disparus fin septembre au Mexique, a annoncé vendredi le ministre mexicain de la Justice.

Le ministre mexicain de la Justice Jésus Murillo Karam a annoncé vendredi que trois membres présumés d'un gang ont avoué avoir tué les étudiants portés disparus depuis septembre, après qu'ils leur ont été livrés par des policiers liés au groupe criminel des Guerreros Unidos

Selon leurs aveux, les corps ont été brûlés avec de l'essence, sur des bûchers de bois et de plastique dans une décharge, a précisé le ministre. Les suspects ont ensuite brisé les restes avant d'en remplir des sacs en plastique et de les jeter dans une rivière.

Les parents des étudiants incrédules

Des restes humains ont été retrouvés dans la décharge, mais n'ont pas pu être identifiés. Le ministre a souligné qu'il serait difficile d'identifier les restes carbonisés.

Les parents des étudiants ont aussi tenu une conférence de presse, pour affirmer qu'ils ne donnaient aucun crédit aux témoignages des criminels présumés. "Tant qu'il n'y a pas de preuves, nos enfants sont vivants", a déclaré leur porte-parole.

La succession des événements liés à cette affaire:

ats/fisf

Publié Modifié

Plus de 70 arrestations

Au total 74 personnes, policiers, fonctionnaires, criminels présumés, ont été arrêtées, a indiqué le ministre mexicain de la justice. Les commanditaires présumés, le maire d'Iguala et sa femme, ont notamment été interpellés cette semaine.

Le président Enrique Peña Nieto a promis que tous les responsables de cet "horrible crime" seraient arrêtés. "Nous ne renoncerons pas jusqu'à ce que justice soit faite", a-t-il lancé.