Modifié le 06 novembre 2014 à 20:33

Gorbatchev veut défendre la position de Poutine auprès de Merkel

Lech Wałęsa condamne fortement la politique russe
Lech Wałęsa condamne fortement la politique russe 19h30 / 3 min. / le 06 novembre 2014
Mikhaïl Gorbatchev a annoncé jeudi qu'il défendrait la position de Vladimir Poutine sur l'Ukraine face à Angela Merkel lors de la commémoration des 25 ans de la chute du Mur de Berlin ce week-end.

Le dernier dirigeant de l'Union soviétique Mikhaïl Gorbatchev a annoncé jeudi qu'il défendrait la position du président Vladimir Poutine dans la crise ukrainienne et dénoncerait "l'ingérence" américaine auprès de la chancelière allemande Angela Merkel lors des commémorations des 25 ans de la chute du Mur de Berlin qui doivent aussi réunir le président du Parlement européen et l'ancien leader polonais Lech Walesa.

"Je ne veux pas de critique contre Poutine"

"Je prendrai fermement la défense de la Russie et la défense de son président Vladimir Poutine" lors du forum qui doit se tenir dimanche, a déclaré Mikhaïl Gorbatchev à l'agence russe Interfax.

"Je suis absolument convaincu que Poutine défend aujourd'hui mieux que quiconque les intérêts de la Russie. Il y a bien sûr dans sa politique de quoi attirer les critiques. Mais je ne souhaite pas le faire et je ne veux pas que quelqu'un d'autre le fasse", a-t-il ajouté.

afp/ebz

Publié le 06 novembre 2014 à 12:09 - Modifié le 06 novembre 2014 à 20:33

Critiques sur la place des Etats-Unis dans le monde

"La Russie a créé (après la disparition de l'URSS) de nouvelles relations et de nouvelles structures de coopération. Et tout allait pour le mieux, mais cela ne plaisait pas à tout le monde aux Etats-Unis", a aussi indiqué Mikhaïl Gorbatchev.

"Les Etats-Unis ont d'autres plans, ils leur faut un autre contexte, qui leur permette de s'ingérer partout. Que ce soit bon ou mauvais, cela ne les concerne pas. Ce qui leur importe, c'est qu'ils puissent s'en mêler", a lancé le prix Nobel de la Paix.

"Je suis fermement convaincu que le problème de l'Ukraine n'est qu'un prétexte utilisé par les Etats-Unis pour s'ingérer" dans les affaires d'autres pays, a-t-il conclu.