Modifié

Une prison attaquée à l'explosif au Nigeria, 132 détenus s'évadent

La province de Kogi, au Nigeria. [Google Maps]
La province de Kogi, au Nigeria. [Google Maps]
Des hommes munis d'explosifs ont attaqué dimanche une prison dans le centre du Nigeria déjà prise pour cible par le groupe islamiste armé Boko Haram en 2012, libérant 132 prisonniers.

Au total, 132 prisonniers ont été libérés lors de l'attaque, dimanche, de la prison de Koton-Karfe, au centre du Nigeria, par des assaillants armés, a déclaré le bureau du gouverneur de la région touchée lundi. La prison a été attaquée à l'explosif.

"Il y avait 145 prisonniers au moment de l'attaque. L'un est mort, huit ont été recapturés, et quatre se sont rendus. Le reste s'est enfui" a déclaré le porte-parole de l'Etat de Kogi, où se trouve la prison de Koton-Karfe.

Prison déjà attaquée en 2012

L'établissement avait déjà été attaqué en février 2012 par le groupe islamiste armé Boko Haram, quand des hommes armés avaient détruit les grilles à l'explosif, tué un gardien et libéré 119 prisonniers.

Cette prison est connue pour abriter des combattants de Boko Haram, mais selon le porte-parole de la police nigériane, l'attaque est liée à "des activités criminelles" et non à l'insurrection islamiste qui secoue le Nigeria depuis cinq ans.

afp/ebz

Publié Modifié

Au moins 23 morts dans un attentat-suicide dans le nord-est du Nigeria

Vingt-trois personnes au moins ont péri dans un attentat-suicide qui a visé une procession chiite à l'occasion du rituel de l'Achoura, lundi dans le nord-est du Nigeria, ont rapporté des témoins. Le kamikaze s'était joint à la procession avant d'actionner ses charges.

L'explosion s'est produite alors que les participants traversaient un marché de la localité de Potiskum, dans l'Etat de Yobe. La région est en proie à l'insurrection des islamistes de l'organisation Boko Haram.

Mustapha Lawan Nasidi, chef de la communauté chiite de Potiskum, a déclaré que 50 personnes avaient été blessées. Plusieurs autres sont mortes quand l'armée a ouvert le feu en représailles.