Modifié le 02 novembre 2014 à 15:05

Le survol de centrales par des drones agite les autorités françaises

En tout, treize centrales centrales ont été survolées depuis octobre - dont l'une, Penly en Seine-Maritime (photo), à deux reprises.
En tout, treize centrales centrales ont été survolées depuis octobre - dont l'une, Penly en Seine-Maritime (photo), à deux reprises. [ - ]
Tous les moyens sont mobilisés pour "identifier les responsables" du survol des centrales par des drones, a assuré dimanche le gouvernement français qui précise que ces engins ne sont "pas dangereux".

Le gouvernement français "mobilise" tous les moyens pour "identifier les responsables" du survol de centrales nucléaires par des drones, assure l'instance chargée de la sécurité nationale, qui dépend du Premier ministre.

Treize installations ont été survolées par ces engins depuis octobre, dont une à deux reprises.

"Crédibilité pas atteinte"

"En aucun cas je ne laisserai quiconque (...) porter atteinte à la crédibilité et à la réputation de sûreté de nos centrales nucléaires", a pour sa part déclaré dimanche la ministre de l'Ecologie et de l'Energie, Ségolène Royal au "Grand rendez-vous" d'Europe 1, iTélé et Le Monde, réaffirmant que "les drones utilisés ne sont pas des objets dangereux".

L'organisation écologiste Observatoire du nucléaire avait demandé l'arrêt de toutes les centrales, et déclaré que les autorités françaises et EDF étaient "désormais ridiculisées dans le monde entier par la campagne actuelle de survol".

afp/jgal

Publié le 02 novembre 2014 à 14:57 - Modifié le 02 novembre 2014 à 15:05