Modifié le 27 octobre 2014 à 20:16

Dilma Rousseff, réélue au Brésil, promet dialogue et changements

La présidente brésilienne Dilma Rousseff réagit a sa réélection
La présidente brésilienne Dilma Rousseff réagit a sa réélection L'actu en vidéo / 1 min. / le 27 octobre 2014
La présidente sortante du Brésil Dilma Rousseff a été réélue dimanche à la tête du pays avec un peu plus de 51% des voix. Elle s'est engagée à placer son second mandat sous le signe du "dialogue".

La présidente de gauche Dilma Rousseff, réélue avec un score étriqué, va devoir comme elle l'a promis dimanche soir s'atteler dès lundi à réconcilier un Brésil divisé, donner des gages sur l'économie et la corruption.

Fidèles à 12 ans de conquêtes sociales historiques de la gauche, les Brésiliens ont réélu la candidate du Parti des travailleurs (PT) avec 51,64% des voix contre 48,36% pour son adversaire de centre-droit Aecio Neves, du Parti social-démocrate brésilien (PSDB).

Victoire étriquée

Il s'agit de la victoire la plus étriquée depuis la première élection présidentielle au suffrage direct organisée en 1989 après la dictature militaire (1969-85), remportée par Fernado Collor sur Luiz Inacio Lula da Silva.

Devant la foule en liesse de ses militants à Brasilia, Dilma Rousseff a célébré sans emphase la victoire en s'engageant à placer son second mandat sous le signe du "dialogue".

Le tweet de la victoire publié par le compte de Dilma Rousseff:

afp/fxl

Publié le 26 octobre 2014 à 23:11 - Modifié le 27 octobre 2014 à 20:16

Nombreux gages aux mécontents

Dilma Rousseff, qui prêtera serment le 1er janvier prochain, a donné de nombreux gages aux mécontents.

Elle a promis de sévir durement contre la corruption et de promouvoir une réforme d'un système politique de compromissions décrié et à bout de souffle, en dialoguant avec le parlement et en consultant les Brésiliens par référendum.

Message aux milieux économiques

Dilma Rousseff s'est adressée aux milieux économiques et aux marchés financiers qui l'ont prise en grippe à cause de son interventionnisme, à leur yeux responsables de l'entrée en récession du Brésil et de la surchauffe de l'inflation.

Dilma Rousseff a réitéré son engagement de "combattre avec rigueur l'inflation" et promis de nouvelles "impulsions aux secteurs économique" dont une industrie en crise, "afin que nous reprenions notre rythme de croissance en garantissant notre niveau élevé d'emploi et la valorisation des salaires".

La Bourse de Sao Paulo en chute de 6%

La Bourse de Sao Paulo chutait de 6% lundi peu après l'ouverture, au lendemain de la réélection de Dilma Rousseff.

Quelques minutes après l'ouverture, son principal indicateur Ibobespa accusait une recul de 6%, à 43'823 points, tandis que le real chutait de 4% face au dollar, coté à 2,55 unités.