Modifié le 25 octobre 2014 à 20:06

Un élu du FN converti à l'islam suspendu pour "prosélytisme"

Un partisan du FN photographié lors d'un meeting du parti en mars dernier.
Un partisan du FN photographié lors d'un meeting du parti en mars dernier. [AP Photo/Claude Paris - ]
En France, un élu du Front National récemment converti à l'islam a été suspendu par son parti qui lui reproche du "prosélytisme" après l'envoi d'une vidéo sur l'islam à des cadres du FN.

"Ce n'est pas sa religion qui est en question mais il a fait ouvertement du prosélytisme en envoyant une vidéo qui vantait l'islam. Il est sorti de la sphère privée", a expliqué le secrétaire départemental du Front National (FN) en Seine-Saint-Denis, revenant sur une information du quotidien Le Parisien.

Le journal a révélé qu'un élu du FN récemment converti à l'islam avait été suspendu provisoirement par sa formation.

L'élu dément

Elu en mars dernier, Maxence Buttey, 22 ans, dément "fermement" les accusations et explique qu'il a envoyé cette vidéo pour "expliquer" sa conversion. Il affirme que cette vidéo adressée à "une dizaine" de cadres présente "des miracles scientifiques", dont certains étaient prédits dans le Coran,.

"Face à l'incompréhension (...) j'ai voulu (...) montrer une autre image de cette religion. L'islam, ce n'est pas le djihad", a expliqué cet étudiant en droit converti depuis le mois de juillet, reconnaissant avoir fait "un mauvais choix".

afp/mre

Publié le 25 octobre 2014 à 19:27 - Modifié le 25 octobre 2014 à 20:06

"Un comportement prosélyte"

"Il a eu un comportement prosélyte dans l'enceinte du parti", a jugé samedi le vice-président du Front national, Florian Philippot.

"Sa religion n'est pas l'affaire du parti car nous défendons la laïcité. Mais là, on a quitté le domaine de la conviction personnelle et de la foi. Un parti politique n'est pas le lieu pour cela", a-t-il poursuivi.

Une commission tranchera

Une "commission des conflits" se réunira fin novembre pour "faire la transparence" et que "chacun puisse s'exprimer", a dit Florian Philippot.

Suspendu de façon temporaire, le conseiller municipal pourrait alors être exclu du Front national, parti qui dénonce l'immigration massive et "l'islamisation de la France".