Modifié le 21 octobre 2014 à 14:11

Un terroriste présumé abattu après avoir fauché deux militaires au Canada

La Sûreté du Québec, chargée de l'enquête, a inspecté le véhicule accidenté à Saint-Jean sur Richelieu.
La Sûreté du Québec, chargée de l'enquête, a inspecté le véhicule accidenté à Saint-Jean sur Richelieu. [ - ]
Un des deux militaires canadiens fauchés par le jeune radical abattu par la police lundi à Saint-Jean sur Richelieu, près de Montréal, est décédé mardi.

Un jeune Canadien présumé terroriste a été abattu par la police lundi après avoir fauché avec sa voiture deux militaires, à Saint-Jean sur Richelieu au Québec. L'un d'entre eux, grièvement blessé, a succombé à ses blessures, a indiqué mardi la police.

L'accident de la circulation est devenu une affaire de terrorisme pour le gouvernement canadien quand la Gendarmerie Royale du Canada a révélé avoir connaissance que l'homme de 25 ans "s'était radicalisé" aux idées proches des milieux islamistes.

Course poursuite

Le chauffard a pris la fuite après avoir fauché deux militaires peu avant midi sur le parking d'un petit supermarché de la ville. Une course poursuite s'est aussitôt engagée. Quatre kilomètres plus loin, le chauffard a perdu le contrôle de son véhicule qui s'est retrouvé sur le toit dans un fossé au bord de la chaussée.

Il se serait ensuite extirpé de l'habitacle, se dirigeant vers la police muni d'une arme blanche. Celle-ci aurait alors tiré 5 à 7 fois.

afp/jgal

Publié le 21 octobre 2014 à 09:12 - Modifié le 21 octobre 2014 à 14:11

Près de 80 individus surveillés au Canada

Il y a deux semaines, le gouvernement canadien avait révélé suivre de près 80 individus revenus récemment de zones de guerre, et plus spécialement d'Irak et de Syrie.

Le ministre de la Sécurité publique Steven Blaney avait alors assuré que ces suspects, enrôlés dans des "groupes terroristes", voulaient "réaliser des actes terroristes" au Canada.

Souhaitant élever d'un cran le niveau de sécurité, le gouvernement a promis jeudi dernier une loi pour donner plus de pouvoirs à ses services secrets dans cette lutte contre le terrorisme alors que le Canada a rejoint la coalition internationale de lutte contre le groupe Etat islamique.