Modifié le 18 octobre 2014 à 17:38

Libération des lycéennes détenues par Boko Haram au Nigeria espérée mardi

De nombreuses manifestations se sont tenues pour exiger la libération des lycéennes, comme ici à Abuja le 14 octobre.
De nombreuses manifestations se sont tenues pour exiger la libération des lycéennes, comme ici à Abuja le 14 octobre. [AP Photo/Olamikan Gbemiga - ]
Le Nigeria et le Tchad ont assuré samedi qu'un accord sur la libération des 200 lycéennes enlevées par les islamistes de Boko Haram a bien été conclu et pourrait se concrétiser mardi.

Le Nigeria espère pouvoir faire libérer d'ici mardi les quelque 200 lycéennes enlevées par les islamistes de Boko Haram, a indiqué samedi une source de la présidence nigériane. Le cessez-le-feu prévoit bien la libération des étudiantes, a pour sa part affirmé le Tchad, qui a joué le rôle de médiateur.

Les autorités nigérianes ont annoncé vendredi avoir conclu avec Boko Haram des accords sur un cessez-le-feu et sur la libération des lycéennes, enlevées il y a six mois à Chibok, dans le nord-est du pays.

Incertitude

Mais le porte-parole des services de sécurité nigérians avait presque aussitôt affirmé qu'aucun règlement n'avait encore été scellé. Ces accords n'ont pas été confirmés par les rebelles.

Les négociations entre les islamistes et le gouvernement nigérian prévoient "la libération par Boko Haram des jeunes filles" en échange de la libération "de certains partisans de ce groupe détenus dans les prisons nigérianes",  a indiqué samedi un communiqué du ministère tchadien.

ats/cab

Publié le 18 octobre 2014 à 17:37 - Modifié le 18 octobre 2014 à 17:38