Modifié

La coalition contre le groupe Etat islamique coordonne sa stratégie

Le président américain s'est réuni mardi avec plus de 20 chefs de la diplomatie de pays membres de la coalition. [Reuters]
Le président américain s'est réuni mardi avec plus de 20 chefs de la diplomatie de pays membres de la coalition. [Reuters]
Barack Obama a affiché mardi l'unité de la coalition anti-djihadistes tout en faisant part de son inquiétude sur la situation dans la ville syrienne de Kobané, en partie contrôlée par les djihadistes.

Barack Obama, qui recevait mardi les chefs militaires des 22 pays de la coalition mise en place contre le groupe Etat islamique, a réaffirmé que Washington poursuivrait sa campagne de raids aériens.

Elle servira notamment d'appui aux défenseurs kurdes de la ville syrienne de Kobané, aux prises avec les djihadistes, a-t-il assuré.

Il a cependant à nouveau exclu l'envoi de troupes au sol et n'a laissé entrevoir aucune modification de la stratégie militaire qu'il a fixée et qui, a-t-il précisé, comprendra des succès et des revers.

Entretiens mercredi

D'après l'état-major de l'armée américaine, les frappes menées lundi et mardi par les avions américains et saoudiens ont "freiné la progression de l'EI" dans Kobané.

La réunion sur la base Andrews, présidée par le général Martin Dempsey, visait à faire le point sur la stratégie de la coalition et sur l'apport de chacun de ses membres.

Le président américain s'entretiendra mercredi par visioconférence avec les dirigeants britannique, français, italien et allemand.

agences/fb

Publié Modifié

Un attentat fait 25 morts à Bagdad

Un attentat-suicide à la voiture piégée revendiqué par l'Etat islamique (EI) a fait au moins 25 morts et 51 blessés mardi à un poste de contrôle du quartier chiite de Kadhimiya, à Bagdad.

Un député chiite et leader d'une milice figure au nombre des morts. Ahmed al-Khafaji, l'un des commandants de la milice Badr qui soutient l'armée irakienne dans sa lutte contre les djihadistes de l'EI, a péri dans l'attaque, ont précisé un responsable médical et un député chiite.

Le groupe djihadiste sunnite EI a revendiqué l'attentat dans un communiqué sur internet.

Un axe Washington-Moscou contre l'EI

A Paris, le secrétaire d'Etat John Kerry a annoncé avoir décidé avec son homologue russe Sergueï Lavrov d'intensifier les échanges de renseignements sur ce groupe sunnite ultra-radical responsable de terribles exactions dans les vastes régions sous son contrôle en Syrie et en Irak.

Le chef de la diplomatie américaine a par ailleurs dénoncé l'esclavage "abject" de femmes et de filles yazidis par l'EI, qui revendique sa pratique de les vendre en tant qu'esclaves.