Modifié le 06 octobre 2014 à 16:21

L'épave haïtienne n'était pas la "Santa Maria" de Christophe Colomb

Une peinture représentant la Pinta, la Santa Maria et la Nina.
Une peinture représentant la Pinta, la Santa Maria et la Nina. [ - The Art Archive / Museo de la Torre del Oro Seville / Gianni Dagli Orti]
L'épave qui avait été découverte dans les fonds haïtiens en mai n'est finalement pas le navire amiral qui a mené Christophe Colomb à la découverte des Amériques au 15e siècle, a annoncé lundi l'Unesco.

Ce n'était pas le bateau de Christophe Colomb ! L'épave retrouvée en mai dernier au large d'Haïti est d'une époque plus récente que la "Santa Maria", a annoncé lundi l'Unesco. L'organisation appelle toutefois à poursuivre les recherches pour localiser l'illustre navire.

Des fixations trop récentes

"L'épave présentée en mai 2014 comme celle de la "Santa Maria" par un explorateur américain (voir encadré) ne peut être la nef de Christophe Colomb", souligne l'Unesco dans un communiqué.

L'Organisation des Nations unies pour l'éducation et la culture, basée à Paris, se fonde sur les conclusions d'une mission d'experts qui a découvert que les éléments de fixation de l'épave "témoignent d'une technique d'assemblage remontant à la fin du 17e siècle ou au 18e siècle". Ils sont en cuivre alors qu'auparavant "les éléments de fixation utilisés dans la construction navale étaient en fer ou en bois", selon l'Unesco.

Publié le 06 octobre 2014 à 16:21 - Modifié le 06 octobre 2014 à 16:21

Un navire de 102 tonnes

La "Santa Maria" mesurait 25 mètres de long pour 8 mètres de large, et pesait 102 tonnes. Elle avait un grand mât de 23 mètres. Son équipage se composait d'une quarantaine de marins. Une gravure ancienne montre le navire en train de sombrer par une mer déchaînée avec ses marins tentant de se sauver à bord d'une chaloupe.

Les recherches continuent

Les experts préconisent "que des explorations supplémentaires soient menées afin de localiser la véritable épave de la "Santa Maria" et de dresser un inventaire des épaves importantes gisant au fond des eaux de cette zone", riche en restes de navires naufragés.

Le rapport de l'Unesco préconise aussi l'adoption par Haïti d'une législation plus protectrice pour le patrimoine subaquatique, notamment en matière d'autorisation des fouilles des sites archéologiques immergés, conformément aux recommandations de la Convention de l'Unesco sur la protection du patrimoine subaquatique, dont Haïti est signataire.

Découverte de l'épave en mai

L'explorateur sous-marin américain Barry Clifford, 68 ans, pensait avoir retrouvé en mai au nord des côtes haïtiennes l'épave de la "Santa Maria" en bon état, le navire amiral à bord duquel le célèbre explorateur Christophe Colomb avait découvert l'Amérique en 1492. L'épave reposait au fond de l'eau, entre trois et cinq mètres de fond, au nord des côtes d'Haïti.

L'Unesco, à la demande des autorités haïtiennes, avait décidé le 23 juin de dépêcher une mission afin d'évaluer l'état de l'épave. Cette mission d'expertise menée par l'Espagnol Xavier Nieto Prieto, spécialiste reconnu des épaves espagnoles, a procédé du 9 au 14 septembre à des fouilles sous-marines sur le site. Elles ont conduit à écarter l'hypothèse de Barry Clifford.

La côte nord d'Haïti