Modifié le 03 octobre 2014 à 18:30

Violents combats autour de la ville kurde de Kobané en Syrie

Une épaisse fumée noire flottait vendredi au-dessus de la ville d'Aïn al-Arab, à la frontière turco-syrienne.
Les Kurdes syriens défendent Kobané contre l'EI Forum / 3 min. / le 03 octobre 2014
De violents combats se déroulaient vendredi matin pour repousser l'assaut de l'EI sur la ville kurde syrienne de Kobané, proche de la frontière turque. Des témoins ont dénoncé un "massacre de Kurdes".

Les combattants kurdes tentent vendredi de repousser l'assaut du groupe Etat islamique (EI) contre la ville kurde de Kobané située en Syrie, près de la frontalière avec la Turquie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Kobané est assiégée depuis deux semaines.

"Les Unités de protection du peuple ont détruit ce matin deux véhicules blindés de l'EI à moins de deux kilomètres au sud-est de Kobané", selon le directeur de l'OSDH.

"Une grosse fumée noire était visible de Kobané après l'attaque contre les véhicules" de l'EI. L'OSDH n'a pas fait état de nouvelles frappes de la coalition internationale contre les positions de l'EI aux alentours de Kobané.

Des tirs d'obus et de mortiers se sont également succédé à intervalles réguliers.

"Massacre en cours"

"C'est un massacre commis sous les yeux du monde entier", a déclaré vendredi un témoin des combats à Kobané. "Le monde reste silencieux alors que les Kurdes sont massacrés", a-t-il poursuivi.

ats/sbad

Publié le 03 octobre 2014 à 10:30 - Modifié le 03 octobre 2014 à 18:30

La Turquie en soutien

"Nous ne voulons pas que Kobané tombe (...) Nous ferons tout ce que nous pourrons pour que Kobané ne tombe pas", a affirmé vendredi le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu après le feu vert jeudi du Parlement pour une intervention militaire contre l'EI en Syrie comme en Irak.

L'Australie frappera l'EI en Irak

En Irak, l'Australie est devenue le dernier pays à se joindre aux frappes aériennes contre l'EI, après la France et la Grande-Bretagne.

"Aujourd'hui, le gouvernement a autorisé des frappes australiennes à la demande du gouvernement irakien", a déclaré le Premier ministre, Tony Abbott.