Modifié

Les liens en Suisse du trafic de migrants érythréens mis en lumière

Les migrants venus d'Erythrée sont enlevés au Soudan sur leur route vers Israël ou la Méditerranée. (photo prétexte) [AP Photo/Assaf Golan - Keystone]
Les migrants venus d'Erythrée sont enlevés au Soudan sur leur route vers Israël ou la Méditerranée. (photo prétexte) [AP Photo/Assaf Golan - Keystone]
Des dizaines de milliers de migrants érythréens ont déjà été enlevés et rançonnés dans le Sinaï, révèle une enquête de Swissinfo.ch qui met aussi en lumière des ramifications en Suisse.

Une enquête de Swissinfo.ch publiée samedi jette une lumière crue sur la traite d'êtres humains dans le désert du Sinaï en Egypte. Le site livre le témoignage de migrants érythréens capturés et torturés sur le chemin de l'exil.

Alors qu'ils tentaient de fuir le régime du leader Isaias Afewerki, ils ont été emmenés dans le Sinaï où ils sont restés en détention alors que les ravisseurs rançonnaient leurs familles.

Intermédiaires en Suisse et en Europe

Les ramifications de ce trafic s’étendent en Europe et en Suisse, où les familles érythréennes sont sommées de payer les rançons, jusqu'à 40'000 dollars en cash, des réseaux d'intermédiaires s’occupant de transférer l’argent.

Selon l'enquête de Swissinfo, au moins 30'000 personnes ont été enlevées dans le Sinaï entre 2009 et 2013, pour un butin de 622 millions de dollars (587 millions de francs). Les groupes criminels impliqués seraient au nombre d’une quarantaine.

Les victimes érythréennes sont souvent vendues comme esclaves en Libye, précise Méron Estefanos, co-auteure de deux études sur le sujet.

kkub

Publié Modifié

Mise en garde d'Europol

Préoccupée par la multiplication des demandes de rançon à l’intérieur des frontières européennes, Europol a invité les pays membres à unir leurs forces pour combattre le trafic d'êtres humains et le porter à la connaissance du public.

En Suisse, le service de recherche de la Croix-Rouge a reçu depuis 2010 au moins 40 demandes d’aide d’Erythréens victimes du Sinaï.

Des ONG ont également signalé quelques cas d’extorsion à la Police fédérale (FedPol).

Trafic dénoncé à plusieurs reprises

Le phénomène de la traite des êtres humains dans la péninsule du Sinaï a déjà été dénoncé à plusieurs reprises: d’abord par les organisations non gouvernementales, puis par les Nations unies et récemment encore par le Parlement européen, dans une résolution adoptée en mars 2014.

Les Erythréens, cible privilégiée

Au début, les ravisseurs visaient tous les migrants de la Corne de l’Afrique, mais avec le temps, ils se sont concentrés uniquement sur les Erythréens.

Ce choix s’explique par la présence d’une forte diaspora érythréenne en Europe et en Israël, particulièrement unie et susceptible de pouvoir payer les rançons.

Programme de l'OIM et du HCR

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) ont lancé au Soudan un projet de soutien aux victimes de la traite d’êtres humains. La Confédération y participe.

Par contre, aucune aide spécifique n’est prévue en Suisse pour les migrants qui ont subi des épreuves similaires.