Modifié le 19 septembre 2014 à 23:07

La France frappe en Irak, les djihadistes avancent en Syrie

La Turquie a ouvert vendredi sa frontière à des milliers de Kurdes qui fuient les combats et l'Etat islamique en Syrie.
La Turquie a ouvert vendredi sa frontière à des milliers de Kurdes qui fuient les combats et l'Etat islamique en Syrie. [Esber Ayaydin / Anadolu Agency - ]
Alors que l'aviation française a lancé vendredi ses premiers raids contre des positions du groupe Etat islamique en Irak, les djihadistes ont pris une soixantaine de villages kurdes en Syrie.

Les chasseurs français ont lancé vendredi leurs premiers raids contre des positions en Irak du groupe Etat islamique (EI).

Des avions Rafale ont mené "une première frappe contre un dépôt logistique de Daech (un des acronymes arabes de l'EI) dans le nord-est de l'Irak", a indiqué la présidence française. L'objectif a été atteint et détruit.

A New York, le Conseil de sécurité de l'ONU a exhorté vendredi soir la communauté internationale "à renforcer et étendre" le soutien au gouvernement irakien dans sa lutte contre l'EI, dans une déclaration lors d'une réunion présidée par le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

Pas d'intervention en Syrie

"Nous n'irons pas au-delà, il n'y aura pas de troupes au sol et nous n'interviendrons qu'en Irak", avait ajouté François Hollande en précisant que la France n'opérerait pas en Syrie.

Mais c'est là que l'EI a pris le contrôle de 60 villages kurdes en 48 heures, dont 40 vendredi, autour d'Aïn al-Arab. De violents combats se poursuivaient avec les combattants kurdes dans le secteur frontalier de la Turquie.

ats/sbad

Publié le 19 septembre 2014 à 12:09 - Modifié le 19 septembre 2014 à 23:07

La Turquie accueille 4000 Kurdes en fuite

La Turquie a ouvert vendredi sa frontière à quelque 4000 Kurdes syriens fuyant la poussée des djihadistes en Syrie.

Des centaines de déplacés s'étaient massés depuis jeudi à la frontière de la Turquie, qui préférait jusqu'ici porter assistance en sol syrien.

Les djihadistes tuent sans discrimination et "persécutent" surtout les femmes, a témoigné une déplacée sur la chaîne Haber Türk.

Depuis le début du conflit en 2011, la Turquie a accueilli environ 1,5 million de Syriens.

10 millions contre les bourreaux de Foley et Sotloff

Le Sénat américain a approuvé vendredi une proposition de loi qui offrirait jusqu'à dix millions de dollars de récompense en échange d'informations permettant de retrouver les personnes responsables de l'enlèvement et l'exécution des journalistes américains James Foley et Steven Sotloff.

"Une manière de rendre hommage à leur mémoire consiste à juger leurs assassins diaboliques", a déclaré le sénateur républicain Marco Rubio, coauteur de la mesure.

Les récompenses, 5 millions maximum dans chacun des cas, seraient distribuées en échange d'informations menant à une arrestation ou une condamnation, dans n'importe quel pays.

Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) ont revendiqué la décapitation des deux journalistes, des exécutions filmées et diffusées sur internet fin août et début septembre.