Modifié le 16 septembre 2014 à 23:42

Accord israélo-palestinien pour la reconstruction de la bande de Gaza

Un homme découvre les restes de sa maison à Chajaya.
Un accord tripartite devrait permettre d'accélérer la reconstruction de la bande de Gaza. [Nicolas Ropert - ]
Un accord pour accélérer la reconstruction de la bande de Gaza a été conclu mardi entre les Palestiniens, les Israéliens et l'ONU, tandis qu'un obus a été tiré depuis l'enclave palestinienne.

Israël et Palestiniens se sont mis d'accord sur un "mécanisme provisoire" pour accélérer sous la surveillance de l'ONU la reconstruction de Gaza, dévastée par 50 jours d'offensive israélienne, tout en s'assurant que les matériaux de construction restent à usage civil, a annoncé mardi un haut responsable des Nations unies.

Par ailleurs, un obus a été tiré le même jour depuis le bande de Gaza (voir encadré).

"Un signal d'espoir"

Cet accord tripartite (Israël, Palestiniens et ONU) est "un pas important vers l'objectif d'une levée de toutes les restrictions" pesant sur la bande de Gaza et "un signal d'espoir pour la population de Gaza", a estimé le coordinateur de l'ONU au Proche-Orient, Robert Serry, devant le Conseil de sécurité.

Il devrait, a-t-il souligné, "redonner aussi confiance aux donateurs" pour qu'ils financent les efforts de reconstruction.

afp/mac

Publié le 16 septembre 2014 à 18:12 - Modifié le 16 septembre 2014 à 23:42

Premier obus tiré depuis le cessez-le-feu

Un obus tiré de la bande de Gaza s'est abattu mardi en Israël pour la première fois depuis la conclusion, le 26 août, d'un cessez-le-feu entre l'Etat hébreu et le Hamas après 50 jours de guerre, selon l'armée israélienne.

Cet incident n'a fait ni victimes, ni dégâts, a précisé Tsahal.

Le Hamas, qui administre la bande de Gaza, a déclaré ne pas être au courant d'une attaque contre Israël, et réaffirmé son attachement à la trêve.

Les deux parties doivent prochainement reprendre les négociations indirectes au Caire pour pérenniser le cessez-le-feu.

18'000 maisons détruites

Le coordinateur de l'ONU au Proche-Orient, qui a visité Gaza la semaine dernière, y a constaté "des destructions vraiment terribles causées aux infrastructures, hôpitaux et écoles" par 50 jours d'affrontements entre l'armée israélienne et le Hamas: 18'000 maisons ont été détruites ou gravement endommagées et 65'000 Palestiniens sont toujours réfugiés dans les locaux de l'ONU.

Les détails de l'accord connus lundi

L'ONU donnera davantage de détails sur l'accord lors d'une réunion du Comité de liaison ad hoc sur l'aide aux Palestiniens, qui réunira des représentants des donateurs lundi prochain à New York en marge de l'assemblée générale des Nations unies.

"Ne pas sous-estimer les dangers"

Robert Serry a lancé devant le Conseil un cri d'alarme sur la situation dans l'enclave palestinienne, estimant que "Gaza pourrait imploser ou exploser une nouvelle fois, dans un nouvel accès de violence encore plus dévastateur".

"Le Conseil ne doit pas sous-estimer les dangers et j'espère qu'il aura l'occasion d'énoncer clairement sa position", a-t-il indiqué.