Modifié le 06 septembre 2014 à 14:28

Un cessez-le-feu est entré en vigueur en Ukraine

Des soldats ukrainiens dans la cité de Marioupol, où des combats se sont encore déroulés en matinée.
Des soldats ukrainiens dans la cité de Marioupol, où des combats se sont encore déroulés en matinée. [AP Photo/Sergei Grits - ]
L'Ukraine et les séparatistes prorusses ont trouvé un accord sur un cessez-le-feu qui a débuté vendredi à 17h00. Un retrait des troupes et des échanges de prisonniers ont été convenus.

Les autorités ukrainiennes et les séparatistes prorusses sont parvenus à un accord sur le retrait des troupes et un échange de prisonniers, après avoir annoncé un cessez-le-feu qui a débuté vendredi à 17h00, à l'issue d'une réunion à Minsk, en Biélorussie.

Aucun combat n'était observé aux environs de Marioupol après l'annonce du cessez-le feu. Des combats avaient fait rage plus tôt aux abords de cette ville portuaire du sud-est de l'Ukraine, tandis que Donetsk était la proie aux bombardements.

Retrait des troupes

L'accord comprend le retrait des troupes, l'accès de convois humanitaires et un échange de prisonniers sur le principe "tous contre tous", a précisé  l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Le futur statut des républiques unilatéralement proclamées par les insurgés de Donetsk et de Lougansk n'a pas été discuté.

Un groupe d'experts sera formé pour organiser la libération des prisonniers qui sont "plus de mille de chaque côté", a précisé l'ambassadeur de Russie en Ukraine, Mikhaïl Zourabov, qui représentait Moscou à cette réunion.

"Les combats, ça suffit"

"Nous allons immédiatement commencer le processus (d'échange). Il n'y a pas d'autre voie que celle de la paix. Les combats, ça suffit", a pour sa part déclaré l'ex-président ukrainien Léonid Koutchma, qui représentait Kiev.

L'accord a été conclu dans le cadre d'une réunion du "groupe de contact" réunissant la Russie, l'Ukraine, les séparatistes et l'OSCE.

Lire aussi: Didier Burkhalter appelle à ne pas isoler la Russie

agences/cab

Publié le 05 septembre 2014 à 15:11 - Modifié le 06 septembre 2014 à 14:28

Moscou et l'OTAN prudents

Moscou salue l'accord trouvé à Minsk et espère que le cessez-le-feu conclu à Minsk entre les autorités ukrainiennes et les séparatistes prorusses "sera respecté point par point", a déclaré vendredi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Le cessez-le-feu peut apporter la paix en Ukraine "seulement s'il est suivi d'effets sur le terrain", a averti vendredi le président américain Barack Obama.

L'OTAN espère de son côté que le cessez-le-feu marquera "le début d'un processus politique constructif", a déclaré jeudi le secrétaire général de l'Alliance atlantique Andre Fogh Rasmussen.

"Une chose est de déclarer un cessez-le-feu, mais la prochaine étape cruciale est l'application de bonne foi (du cessez-le-feu) et cela reste à voir", a déclaré le Danois lors de la conférence de presse finale du sommet de l'OTAN.

Didier Burkhalter, président en exercice de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a salué l'accord et assuré le président ukrainien du soutien de l'organisation.

L'UE s'accorde sur de nouvelles sanctions contre la Russie

Les ambassadeurs des 28 pays membres de l'Union européenne (UE) ont approuvé vendredi soir à Bruxelles de nouvelles sanctions économiques contre la Russie pour atteinte à la souveraineté de l'Ukraine, malgré un accord de cessez-le-feu.

"Il y a un accord de principe sur les nouvelles sanctions et une décision officielle sera prise lundi par procédure écrite", a déclaré un diplomate européen sous le couvert de l'anonymat.