Modifié

L'Etat islamique revendique la décapitation d'un 2e otage américain

Capture d'écran de la vidéo diffusée par l'EI depuis le site du centre de veille SITE. [SITE]
Capture d'écran de la vidéo diffusée par l'EI depuis le site du centre de veille SITE. [SITE]
Dans une vidéo publiée mardi, les djihadistes de l'Etat islamique ont revendiqué la décapitation d'un deuxième otage américain. Il s'agirait du journaliste Steven Sotloff, âgé de 31 ans.

Dans une vidéo de 2,46 minutes publiée mardi, des djihadistes de l'Etat islamique (EI) ont revendiqué la décapitation d'un deuxième otage américain.

Selon le centre de veille des sites islamistes SITE, il s'agirait de Steven Sotloff, un journaliste américain de 31 ans détenu par les islamistes depuis 2013.

Le tweet du centre américain SITE

Dans cette nouvelle vidéo intitulée "deuxième message à l'Amérique", on peut voir Steven Sotloff, à genoux, vêtu d'une blouse orange, à côté d'un homme masqué armé d'un couteau.

"Je reviens Obama, et je reviens à cause de votre politique étrangère arrogante à l'encontre de l'Etat islamique", déclare l'homme en noir.

L'EI avait menacé de tuer Steven Sotloff dans une vidéo similaire où les insurgés montraient la décapitation de James Foley, qui avait été publiée sur internet le 19 août. La mère de Steven Sotloff avait récemment imploré le chef des djihadistes Abou Bakr al-Baghdadi d'épargner son fils.

Troisième homme menacé

Steven Sotloff a été enlevé en juillet 2013 dans le nord de la Syrie. La Maison Blanche a dit ne pas pouvoir confirmer l'authenticité de l'enregistrement dans l'immédiat.

Sur les images, l'homme cagoulé menace également d'exécuter un otage britannique, qu'il nomme David Haines, et met en garde les gouvernements contre tout soutien à "l'alliance diabolique de l'Amérique contre l'Etat islamique".

kkub

Publié Modifié

Identification du soldat libanais décapité

Les tests ADN menés sur le corps d'un soldat libanais décapité ont prouvé qu'il s'agissait bien du militaire Ali Al-Sayyed, comme l'avait affirmé le groupe ultra-radical Etat islamique (EI), qui avait revendiqué cet assassinat, a annoncé mardi sa famille.

Dans une vidéo diffusée samedi, l'EI avait revendiqué la décapitation du soldat Ali Al-Sayyed. Le corps du soldat avait été remis lundi aux autorités à Aarsal, localité de l'est du Liban.

Ban Ki-moon "indigné"

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est dit "indigné" mercredi par l'apparente exécution d'un deuxième journaliste américain.

"Nous sommes tous indignés par les informations en provenance d'Irak concernant les meurtres terribles de civils" par l'Etat islamique, a-t-il dit.

Réactions "écoeurées"

Le Premier ministre britannique David Cameron a qualifié mardi d'"absolument écoeurante et ignoble" la vidéo de la décapitation prétendue de Steven Sotloff.

Il a ajouté qu'il ferait une déclaration plus tard, alors que l'EI a également menacé de tuer un otage britannique.

Les Etats-Unis également, par la voix de la porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki, ont qualifiée l'acte d'"écoeurant s'il est authentifié".

Le président français François Hollande a lui aussi exprimé son "horreur".

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, a appelé mardi à une "approche collective et internationale" pour en finir avec la "barbarie" des groupes jihadistes en Irak et en Syrie.

Le même jour que James Foley?

Le lieu et le moment de l'exécution n'étant pas claires, des spécialistes du renseignement avancent l'hypothèse que l'otage aurait été exécuté le même jour que James Foley, mais que l'EI a choisi d'en différer la diffusion.