Modifié le 01 septembre 2014 à 19:09

Le Premier ministre polonais Donald Tusk président du Conseil européen

Donald Tusk nouveau président du Conseil européen
Donald Tusk nouveau président du Conseil européen L'actu en vidéo / 1 min. / le 31 août 2014
Donald Tusk remplace Herman Van Rompuy à la présidence du Conseil européen et la ministre italienne des Affaires étrangères, Federica Mogherini a été nommée cheffe de la diplomatie samedi à Bruxelles.

Le Premier ministre polonais Donald Tusk a été désigné président du Conseil européen, et la ministre italienne des Affaires étrangères, Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l'UE, a annoncé samedi le président sortant du Conseil, Herman Van Rompuy.

Donald Tusk, 57 ans, membre du parti conservateur européen PPE, faisait déjà figure de favori pour succéder à  Herman Van Rompuy.

Federica Mogherini, 41 ans, est issue du Parti démocrate italien. Après la victoire écrasante des démocrates aux européennes, le Premier ministre Matteo Renzi a poussé sa candidature pour succéder à Catherine Ashton.

"Pas d'UE sans le Royaume-Uni"

"L'Union européenne va prendre en compte les préoccupations du Royaume-Uni", a déclaré Donald Tusk après l'annonce de sa nomination. "L'avenir de l'UE ne passe pas par son rétrécissement et personne ne peut l'imaginer sans le Royaume-Uni".

Par ailleurs, les dirigeants européens sont aussi réunis à Bruxelles pour discuter de la situation en Ukraine.

Lire: L'Union européenne travaille à de nouvelles sanctions contre la Russie

agences/sbad

Publié le 30 août 2014 à 19:42 - Modifié le 01 septembre 2014 à 19:09

Herman Van Rompuy a annoncé la nomination de Donald Tusk sur Twitter...


... ainsi que celle de Federica Mogherini


Message de fermeté à la Russie

La nomination de Donlad Tusk enverra un message de fermeté à la Russie alors que la Pologne fait partie des pays les plus en pointe dans le soutien à l'Ukraine depuis le début de la crise.

Les trois défis de l'UE

Herman Van Rompuy a profité de l'annonce des nominations à l'UE pour énumérer les "trois défis" que l'Union européenne allait devoir affronter, selon lui, dans les prochaines années : la stagnation de l'économie européenne, la crise russo-ukrainienne et "la place de la Grande-Bretagne dans l'Union".

Sous pression des eurosceptiques dans son pays, David Cameron a promis d'organiser d'ici à 2017, s'il est réélu l'année prochaine, un référendum sur une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.