Modifié le 29 août 2014 à 14:48

Près de 2600 tués dans l'est de l'Ukraine depuis la mi-avril

Le représentant ukrainien Oleksandr Pavlichenko jeudi devant le Conseil de sécurité de l'ONU.
L'ONU parle de "dangereuse escalade" en Ukraine Le Journal du matin / 1 min. / le 29 août 2014
Les combats menés dans l'est de l'Ukraine ont provoqué, en moyenne, la mort de 36 personnes par jour depuis la mi-juillet, selon un rapport de l'ONU présenté vendredi.

L'intensification des combats dans l'est de l'Ukraine provoque de plus en plus de victimes. Selon un rapport de l'ONU publié vendredi à Genève, en moyenne 36 personnes ont été tuées chaque jour depuis la mi-juillet.

Au moins 2593 personnes ont été tuées en Ukraine entre la mi-avril et mercredi dernier. "Il faut d'urgence mettre fin aux combats et aux violences dans l'est de l'Ukraine, avant que davantage de civils ne soient tués, forcés de fuir ou condamnés à d'intolérables privations", a déclaré la Haut Commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme, Navi Pillay.

Violations des droits de l'homme

Le rapport de la mission de l'ONU en Ukraine accuse les groupes séparatistes pro-russes de nombreuses violations des droits de l'homme dans les régions de Donetsk et de Lougansk, dont des enlèvements, des actes de torture et de mauvais traitements de détenus. Les forces gouvernementales en commettent également, dans leur effort pour reconquérir le territoire contesté.

Lire: Le président russe Vladimir Poutine accuse Kiev de refuser le dialogue

ats/fxl

Publié le 29 août 2014 à 11:02 - Modifié le 29 août 2014 à 14:48

Poutine appelle à un "couloir humanitaire"

Le président russe Vladimir Poutine a demandé aux séparatistes pro-russes, dans la nuit de jeudi à vendredi, d'ouvrir un "couloir humanitaire" pour les troupes ukrainiennes encerclées "afin d'éviter des victimes inutiles et afin de leur donner l'opportunité de se retirer de la zone des opérations".
Les soldats ukrainiens sont en effet piégées après la prise de contrôle par les rebelles de la ville stratégique de Novoazovsk, dans l'est de l'Ukraine.

Le chef séparatiste ukrainien Alexander Zakhartchenko s'est dit disposé vendredi à ouvrir ce corridor "avec tout le respect dû au président d'un pays qui nous aide surtout moralement". Il a néanmoins exigé que les militaires abandonnent leurs véhicules blindés et leurs munitions.

Des habitants fuient Marioupol

Des habitants de Marioupol (sud-est) étaient en fuite vendredi face à la progression des rebelles prorusses, qui se sont emparés de la ville de Novoazovsk, à 40km plus à l'est.

Marioupol, ville de 460'000 habitants située sur la mer d'Azov, est devenu le siège de l'administration régionale de la région de Donetsk, qui a dû quitter la capitale régionale après l'arrivée des insurgés.

La ville est le siège des plus grandes usines du secteur métallurgique de l'Est ukrainien.

CHARS AMÉRICAINS EN EUROPE DE L'EST

Les Etats-Unis vont envoyer en octobre 600 soldats et des chars en Pologne et dans les pays baltes. Ils y mèneront des exercices avec des membres de l'OTAN, a indiqué jeudi une porte-parole du Pentagone.

Les exercices militaires prévus visent aussi à rassurer les alliés des Etats-Unis inquiets du soutien de la Russie aux séparatistes pro-russes en Ukraine.

Les Etats-Unis se sont dits prêts par ailleurs à imposer de nouvelles sanctions contre la Russie accusée d'intervention militaire directe et d'"agression" contre l'Ukraine.