Modifié le 26 août 2014 à 00:44

Le président ukrainien dissout le Parlement et annonce des élections

Dans son allocution télévisée, le président Petro Porochenko a présenté le détail de son plan de paix aux Ukrainiens.
Petro Porochenko est président de l'Ukraine depuis le 7 juin dernier. [MYKHAYLO MARKIV - ]
Petro Porochenko, le président de l'Ukraine, a annoncé lundi soir la dissolution du Parlement, à la veille d'une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine en Biélorussie.

Petro Porochenko a annoncé lundi avoir signé un décret de dissolution du Parlement et la tenue d'élections législatives le 26 octobre. "J'ai décidé de mettre fin prématurément à l'autorité du Parlement", a écrit le président ukrainien sur son compte Twitter.

Selon la loi ukrainienne, des élections doivent être organisées dans les 60 jours qui suivent la publication du décret. Le scrutin aura lieu le 26 octobre, a précisé un porte-parole de la présidence.

Une rencontre informelle mardi

Cette décision intervient alors que sur le terrain la tension est encore montée d'un cran (voir encadré).

En outre, le président ukrainien doit rencontrer mardi à Minsk, en Biélorussie, son homologue russe Vladimir Poutine pour un sommet consacré au traité d'association signé entre Kiev et Bruxelles.

Petro Porochenko a promis de "parler de paix" avec Vladimir Poutine. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov espère lui que l'entrevue pourra "faciliter les échanges d'opinions".

ats/bri

Publié le 25 août 2014 à 21:42 - Modifié le 26 août 2014 à 00:44

Avancée des rebelles

Les rebelles prorusses ont annoncé lundi mener une contre-offensive au sud de leur bastion de Donetsk. L'état-major ukrainien a reconnu lundi une "intensification de l'action de l'ennemi", émettant l'hypothèse que les insurgés tentent d'ouvrir un nouveau front.

Kiev a aussi dénoncé une "incursion" russe sur son territoire, parlant de l'arrestation d'une colonne de "dix chars et deux véhicules blindés de transport de troupes" russes, qui se dirigeait vers la ville côtière de Marioupol. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a démenti ces informations.

Moscou a par ailleurs annoncé l'envoi cette semaine d'un deuxième convoi humanitaire. Le président ukrainien s'en est dit "vivement préoccupé".