Modifié le 25 août 2014 à 09:24

Les séparatistes prorusses font défiler leurs prisonniers à Donetsk

Les rebelles prorusses ont présenté des dizaines de prisonniers de guerre ukrainiens à Donetsk.
Les rebelles prorusses ont présenté des dizaines de prisonniers de guerre ukrainiens à Donetsk. [AP Photo/Sergei Grits - ]
Des dizaines de prisonniers de guerre ukrainiens ont été présentés à la foule par les rebelles prorusses dimanche dans leur fief de l'est de l'Ukraine. Ils ont ensuite été emmenés vers une destination inconnue.

Les rebelles prorusses ont présenté dimanche plusieurs dizaines de prisonniers de guerre ukrainiens à la foule dans leur bastion de Donetsk, assigé depuis plus d'un mois par les forces gouvernementales, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les soldats, capturés au cours des combats qui font rage dans l'est de l'Ukraine depuis quatre mois, ont été rassemblés sur la place Lénine dans le centre-ville du bastion insurgé, sous les huées de la foule et aux cris de "fascistes, fascistes!".

Combattants acclamés par la foule

Entre 40 et 50 hommes ont défilé, encadrés par les combattants rebelles, devant des centaines d'habitants qui se sont rassemblés pour l'occasion. "Vous vouliez venir ici, vous y êtes maintenant!" ou encore "Vous tuez des enfants!", lançaient les habitants.

Les prisonniers, tête baissée, les mains dans le dos, ont fini par monter à bord de deux bus qui sont partis vers une destination inconnue, tandis que les combattants insurgés qui les accompagnaient ont été acclamés par la foule.

afp/dk

Publié le 24 août 2014 à 15:29 - Modifié le 25 août 2014 à 09:24

Parade militaire à Kiev

En plein conflit armé avec les rebelles prorusses, l'Ukraine a célébré dimanche sa fête nationale avec une grande parade militaire à Kiev, la première depuis 2009.

Le président ukrainien Petro Porochenko a promis d'allouer plus de 2,2 milliards d'euros pour rééquiper l'armée nationale dans les prochaines années.

Plus de 2000 personnes ont péri dans l'est du pays depuis avril et plus de 400'000 civils ont fui leurs maisons, selon l'ONU.