Modifié le 19 août 2014 à 19:52

L'armée irakienne a dû renoncer à prendre la ville de Tikrit aux djihadistes

Lundi, les combats entre les forces kurdes et gouvernementales et les djihadistes islamistes avaient déjà secoué la région de Mossoul.
Lundi, les combats entre les forces kurdes et gouvernementales et les djihadistes islamistes avaient déjà secoué la région de Mossoul. [AHMAD AL-RUBAYE - ]
Après avoir lancé mardi matin une offensive de grande envergure pour reprendre la ville irakienne de Tikrit aux mains des djihadistes, l'armée irakienne a été stoppée par les tirs fournis des combattants.

L'armée irakienne a lancé mardi une offensive pour reprendre la ville de Tikrit aux djihadistes de l'Etat islamique. Elle a dû cependant interrompre sa progression en raison de la forte résistance des combattants islamistes, a annoncé l'état-major.

Les forces gouvernementales au sud de la ville, fief de l'ancien dictateur Saddam Hussein, à 150 km au nord de Bagdad, avaient dans un premier temps progressé assez rapidement.

Mais elles se sont par la suite heurtées à un tir de barrage de mortiers et de mitrailleuses lourdes au sud de Tikrit, tandis qu'à l'ouest, leur avancée a été bloquée par la présence de tireurs embusqués et de champs de mines.

Importante opération humanitaire

Par ailleurs, le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé mardi la mise sur pied d'une importante opération d'aide humanitaire dans le nord de l'Irak pour venir en aide à un demi-million de déplacés.

Cette opération d'envergure, par voies aérienne, maritime et routière commencera mercredi, a-t-il précisé.

>> La carte de l'avancée des djihadistes de l'Etat islamique:

agences/sbad

Publié le 19 août 2014 à 16:09 - Modifié le 19 août 2014 à 19:52

L'EI pourrait compter plus de 50'000 membres

Le nombre de combattants du groupe ultra-radical de l'Etat islamique (EI) a dépassé les 50'000 djihadistes en Syrie, estime mardi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Parmi eux, 6000 auraient été recrutés au cours du seul mois de juillet. Il y aurait plus de 20'000 non Syriens.

Les États-Unis en soutien à Mossoul

Les combats se sont également poursuivis mardi dans la région de Mossoul, où les djihadistes ont perdu le barrage dimanche, son plus important revers depuis le début de l'offensive le 9 juin.

Des frappes aériennes américaines sont également venues appuyer les forces kurdes et irakiennes au sol.

Le président Obama avait promis lundi que son pays allait "poursuivre une stratégie à long terme pour inverser la tendance contre l'EI en soutenant le nouveau gouvernement irakien" que doit former le Premier ministre désigné Haïdar al-Abadi.