Modifié

Kiev accuse les pro-Russes d'avoir fait de "nombreux morts" en Ukraine

Des séparatistes pro-russes en position dans l'est de l'Ukraine. [AP Photo/Sergei Grits - Keystone]
Des séparatistes pro-russes en position dans l'est de l'Ukraine. [AP Photo/Sergei Grits - Keystone]
L'armée ukrainienne a accusé lundi les rebelles pro-russes d'avoir tiré des missiles sur un convoi d'autocars transportant des réfugiés près de Lougansk, évoquant "plusieurs dizaines" de victimes.

"Les rebelles ont tiré sur une colonne de réfugiés près de Lougansk sur la route entre Khriachtchouvate et Novosvitlivka avec des Grad et des mortiers livrés par la Russie", a déclaré un porte-parole militaire. "Plusieurs dizaines de civils ont été tués dont des femmes et des enfants", a-t-il ajouté sans être en mesure de préciser le nombre des victimes.

Selon le porte-parole, cette colonne a emprunté un couloir humanitaire au nord de Lougansk, bastion des séparatistes pro-russes, par lequel plus de 1800 personnes ont fui la ville en deux jours.

Un convoi en pleine zone de combats

La localité de Khriachtchouvate a été reprise par les forces ukrainiennes mais ensuite les rebelles ont contre-attaqué et la colonne s'est retrouvée lundi matin "en pleine zone de combats", selon le militaire qui a par ailleurs fait état de neuf soldats tués et 20 blessés en 24 heures dans l'Est.

Lire aussi: "Des progrès" dans les "discussions difficiles" sur la crise en Ukraine

Publié Modifié

Aide humanitaire en attente

Le CICR attend des garanties de sécurité avant d'entamer la distribution d'une aide humanitaire dans l'est de l'Ukraine, a indiqué lundi un porte-parole. L'organisation a désormais une équipe de 20 personnes côté russe de la frontière russo-ukrainienne.

"Nous espérons que l'inspection des marchandises du convoi russe pourra commencer d'ici peu conformément à l'accord conclu samedi entre les autorités russes et ukrainiennes", a affimrmé un porte-parole du CICR à Genève.

Les quelque 300 camions russes, porteurs de 1800 tonnes d'aide selon Moscou, sont bloqués depuis jeudi à une trentaine de km du poste-frontière russo-ukrainien de Donetsk.

Lougansk