Modifié le 15 août 2014 à 18:28

Le siège de l'Etat islamique des monts Sinjar a pu être brisé, selon Obama

Un convoi de déplacés évacués des zones montagneuses du nord de l'Irak où ils s'étaient réfugiés.
Un convoi de déplacés évacués des zones montagneuses du nord de l'Irak où ils s'étaient réfugiés. [Rodi Said - ]
Barack Obama a annoncé jeudi que les frappes aériennes américaines contre les djihadistes avaient brisé le siège des monts Sinjar, dans le nord de l'Irak, où sont réfugiés des milliers de Yazidis.

"La situation dans les montagnes s'est beaucoup améliorée et (...) nous avons brisé le siège de l'Etat islamique (EI) dans les monts Sinjar et sauvé beaucoup de vies innocentes", s'est réjoui jeudi Barack Obama dans une allocution, tout en précisant que l'armée américaine allait poursuivre ses frappes.

"Nous ne nous attendons pas à devoir mener des opérations supplémentaires pour évacuer ces gens des montagnes, et il est peu probable que nous devions poursuivre les largages d'aide humanitaire au-dessus des montagnes", a-t-il souligné.

Incertitude sur le nombre de déplacés

Le HCR avait estimé il y a quelques jours à plusieurs dizaines de milliers le nombre de déplacés, en majorité de la minorité kurdophone et non musulmane des Yazidis, pris au piège sans vivres et sans eau dans les montagnes de Sinjar, après avoir été chassés de chez eux par les djihadistes de l'Etat islamique.

L'incertitude demeure toutefois sur le nombre de personnes encore dans les monts. La vingtaine de Bérets verts américains envoyés sur place mercredi a estimé cette population "entre 4000 et 5000" personnes, mais, a souligné le contre-amiral John Kirby, "un certain nombre d'entre eux, peut-être 2000, vivent là-bas et ne veulent pas nécessairement partir".

Sur le front de la politique, l'Irak a peut être fait un pas vers la sortie de crise jeudi avec l'annonce du renoncement au pouvoir du Premier ministre sortant Nouri al-Maliki.

agences/mre

Publié le 14 août 2014 à 21:05 - Modifié le 15 août 2014 à 18:28

Aide humanitaire suspendue par Londres

Le Royaume-Uni a suspendu "les largages d'aide humanitaire" aux civils en raison de l'amélioration de leur situation, a annoncé jeudi un porte-parole du Premier ministre britannique.

"Nous réexaminons les besoins avant de larguer de l'aide humanitaire supplémentaire étant donné que l'approvisionnement semble être suffisant sur les monts Sinjar. Nous gardons toutefois cette option ouverte", a-t-il déclaré.

Berlin envoie de l'aide aux Kurdes

Berlin va envoyer vendredi quatre avions chargés d'aide humanitaire pour soutenir les combattants kurdes, a annoncé jeudi le ministère de la Défense.

Dans une interview à paraître vendredi , Angela Merkel a semblé ne plus exclure la possibilité de livraisons d'armes, affirmant vouloir, "en cas de besoin", aller aussi loin que ce que la loi allemande prévoit en la matière.

La France amplifie son soutien

Par ailleurs, l'aide humanitaire de la France au Kurdistan irakien va être "amplifiée", a promis de son côté François Hollande lors d'un entretien téléphonique avec son homologue irakien. Le président français a "confirmé (...) la livraison imminente d'équipements militaires.