Modifié

Vladimir Poutine adopte un ton plus conciliant sur la crise ukrainienne

Vladimir Poutine, lors de son allocution en Crimée. [(AP Photo/Sergei Chirikov - Keystone]
Vladimir Poutine, lors de son allocution en Crimée. [(AP Photo/Sergei Chirikov - Keystone]
Vladimir Poutine a déclaré jeudi que la Russie était prête à se défendre, mais que cela ne devait pas se faire au prix d'une confrontation avec le reste du monde.

"Nos devons construire notre pays calmement, efficacement et avec dignité, sans nous isoler du reste du monde", a dit Vladimir Poutine lors d'une visite en Crimée, région prise à l'Ukraine en mars.

"Tous nos partenaires à travers le monde doivent comprendre que la Russie, comme d'autres grands et puissants Etats souverains, dispose de différents moyens pour préserver ses intérêts nationaux, qui incluent les forces armées."

"Eviter de faire couler le sang"

"Nous avons besoin de le consolider et de nous mobiliser, non pas pour faire la guerre ou tout autre type de confrontation, mais pour oeuvrer au bien de la Russie." Il a également souligné que Moscou ferait tout son possible pour que le sang cesse de couler en Ukraine, où les forces gouvernementales combattent des séparatistes pro-russes.

Kiev et ses alliés occidentaux craignent que l'envoi du convoi humanitaire russe en Ukraine ne soit qu'un prétexte trouvé par le Kremlin pour mener une opération armée dans l'est de l'Ukraine où se poursuivent les combats entre forces gouvernementales et séparatistes pro-russes.

reuters/mre

Publié Modifié

Le parlement ukrainien ouvre la porte à des sanctions

Le Parlement ukrainien a adopté jeudi une loi qui ouvre la voie à des sanctions contre des entreprises et des citoyens russes accusés de soutenir l'insurrection.

La loi permet désormais au gouvernement, au Parlement ou au Conseil de sécurité nationale et de défense ukrainien, sous contrôle du président Petro Porochenko, d'initier les mesures punitives. L'adoption de la loi ne signifie pas l'introduction automatique des sanctions, mais jette les bases juridiques pour leur mise en place.

Censure des médias évitée

Outre le gel des avoirs et la restriction des activités en Ukraine, la loi permet de suspendre le passage de marchandises par son territoire, ce qui pourrait concerner le transit de gaz russe vers l'Europe.

Les députés ont néanmoins retiré du texte un passage controversé qui permettait au président d'interdire des médias nationaux ou internationaux sans décision de justice pour défendre la "sécurité nationale".