Modifié

Des tirs à l'arme lourde à Donetsk et Lougansk font des dizaines de morts

Un séparatiste prorusse observe le cadavre d'un civil touché par un obus ce jeudi. [Sergei Karpukhin - Reuters]
Un séparatiste prorusse observe le cadavre d'un civil touché par un obus ce jeudi. [Sergei Karpukhin - Reuters]
Donetsk et Lougansk, deux bastions séparatistes prorusses dans l'Est de l'Ukraine, étaient soumis à d'intenses combats jeudi. Ils ont provoqué la mort de plusieurs dizaines de personnes.

A Donetsk, bastion des rebelles séparatistes qui comptait un million d'habitants avant les hostilités, les combats ont gagné jeudi le coeur de la ville pour la première fois.

D'intenses tirs à l'arme lourde ont touché plusieurs bâtiments dont le siège du parquet occupé par les insurgés et une université, provoquant la mort d'au moins deux personnes.

Le quartier a été quadrillé par des rebelles armés, qui ont indiqué que deux obus étaient tombés sur le siège de la police, également occupé par les insurgés. Dans la nuit des tirs avaient déjà provoqué un mort et 11 blessés parmi les civils.

Plus de 70 civils ont été tués en trois jours dans la région de Donetsk, selon l'administration régionale. (Voir encadré sur Lougansk)

"Guerre des convois"

Par ailleurs, la présidence ukrainienne a annoncé ce jeudi qu'un convoi de camions d'aide pour les habitants de l'est du pays sera envoyé d'Ukraine.

Kiev et Moscou s'affrontent sur les modalités de la distribution d'une aide humanitaire russe à Donetsk et Lougansk. L'Ukraine craint que le convoi russe ne serve de couverture à une éventuelle intervention russe. Ce scénario est qualifié "d'absurde" par le ministère russe des Affaires étrangères.

Depuis la Crimée, où il se trouve en visite, le président russe Vladimir Poutine a adopté jeudi un ton plus conciliant sur la crise ukrainienne.

agences/mre

Publié Modifié

Le convoi russe près de la frontière

Le convoi humanitaire russe de près de 300 camions se trouvait jeudi matin dans la région frontalière de Rostov (sud de la Russie), selon ministère russe des Situations d'urgence.

Ce convoi, chargé selon Moscou de plus de 1800 tonnes d'aliments, de médicaments et de générateurs, était stationné mercredi soir sur un aérodrome militaire de Voronej, à 300 km de la frontière ukrainienne, bloqué en raison du bras de fer entre Kiev et Moscou.

Le CICR attend un accord

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) attend un accord entre les autorités russes et ukrainiennes sur l'acheminement de l'aide transportée par le convoi russe, a affirmé jeudi un porte-parole de l'organisation à Genève. Les détails pratiques doivent encore être clarifiés.

Comme exemples de détails "pas clairs", le porte-parole a mentionné la manière dont les marchandises russes seraient transférées en Ukraine et les procédures à la douane. Les négociations se poursuivent, a-t-il précisé.

Vingt-deux civils tués à Lougansk

Vingt-deux civils ont été tués en 24 heures dans des bombardements dans le bastion rebelle de Lougansk, encerclé par l'armée ukrainienne, a indiqué un représentant de l'administration régionale.

"Dans les dernières 24 heures, selon les informations provisoires, 22 habitants de Lougansk ont été tués. Il s'agissait d'une attaque au mortier des quartiers est de la ville. Un bus, un magasin et plusieurs immeubles d'habitation ont été touchés", a indiqué ce responsable.