Modifié le 04 août 2014 à 11:06

Commémoration franco-allemande du début de la Grande Guerre

L'Allemagne et la France commémorent la Première guerre mondiale
L'Allemagne et la France commémorent ensemble, en Alsace, le début de la Première Guerre mondiale 12h45 / 2 min. / le 03 août 2014
Les présidents François Hollande et Joachim Gauck ont plaidé pour l'idéal européen dimanche en Alsace, cent ans jour pour jour après la déclaration de guerre de l'Allemagne à la France.

Les présidents français et allemand François Hollande et Joachim Gauck ont tiré ensemble dimanche les leçons de la barbarie au Hartmannswillerkopf, dans l'est de la France, cent ans jour pour jour après la déclaration de guerre de l'Allemagne à la France. Ils ont plaidé pour l'idéal européen.

"La France et l'Allemagne, au-delà des souffrances et des deuils, ont eu l'audace de se réconcilier: c'était la plus belle façon d'honorer les morts et d'offrir aux vivants une garantie de paix", a dit François Hollande dans ce lieu de mémoire de la Première Guerre mondiale.

Plaidoyer pour l'idéal européen

"C'est vrai, l'Europe est un projet difficile", a répondu Joachim Gauck. "Mais les générations qui nous ont précédés, ces ancêtres qui combattirent ici, au Hartmannswillerkopf, ou encore sur la Marne, ou à Verdun, auraient bien aimé n'avoir que nos difficultés."

Les deux présidents ont ainsi plaidé pour l'idéal européen sur ce site rebaptisé "le Vieil Armand" par les soldats français.

Appel à un cessez-le-feu à Gaza

Prenant en exemple la réconciliation franco-allemande, François Hollande a appelé "plus que jamais" à l'instauration d'un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas pour mettre fin aux combats qui déchirent aujourd'hui à nouveau la bande de Gaza.

Sur une note plus légère, François Hollande et Joachim Gauck devaient ensuite déjeuner à la ferme-auberge du Molkenrain, fixée sur la pellicule de François Truffaut dans le film "Jules et Jim".

ats/jgal

Publié le 03 août 2014 à 16:10 - Modifié le 04 août 2014 à 11:06

Un musée binational d'ici 2017

Les présidents ont signé une déclaration commune à l'occasion de la pose de la première pierre de l'historial franco-allemand du Hartmannswillerkopf, "première institution binationale consacrée à la Grande Guerre". Ce musée doit ouvrir ses portes en 2017 au public.

"Les terribles combats qui l'ont ravagé (...) ont fait du Hartmannswillerkopf un lieu sacré où s'entretient le souvenir des déchirements du XXe siècle. Par la construction de ce musée unique en son genre, il sera aussi désormais un emblème de l'amitié entre la France et l'Allemagne et un symbole de leur mémoire réconciliée", souligne la déclaration.

Le texte, paraphé par les deux présidents, sera ensuite scellé dans un cylindre disposé dans la première pierre du musée.