Modifié le 03 août 2014 à 22:52

Israël reconnaît avoir tiré près de l'école bombardée à Gaza

Une école gérée par l'ONU a été bombardée dimanche à Rafah, dans la bande de Gaza, faisant au moins 10 morts.
Une école gérée par l'ONU a été bombardée dimanche à Rafah, dans la bande de Gaza, faisant au moins 10 morts. [ - EPA/Stringer]
L'armée israélienne a reconnu dimanche soir avoir tiré sur une cible proche de l'école de l'ONU à Rafah où au moins dix personnes ont été tuées dans la matinée.

L'armée israélienne, Tsahal, a reconnu dimanche soir avoir déclenché un tir sur une cible proche de l'école de Rafah dans laquelle au moins dix Palestiniens ont été tués par une frappe plus tôt dans la journée.

"L'armée israélienne a pris pour cible trois terroristes du Jihad islamique montés sur une moto à proximité d'une école de l'UNRWA à Rafah. Les forces de défense d'Israël examinent les conséquences qu'a eues cette frappe", a-t-elle dit dans un communiqué.

Parmi les 3000 réfugiés qu'accueillait l'école, au moins 10 personnes ont trouvé la mort et une trentaine ont été blessées, selon les secours.

Troisième école touchée

C'est la troisième fois en dix jours qu'une école de l'ONU est atteinte dans la bande de Gaza. Une trentaine de Palestiniens ont déjà été tués dans des frappes sur des écoles à Beit Hanoun le 24 juillet et à Jabaliya le 31 juillet.

Cette frappe a soulevé l'indignation du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon qui a parlé d'acte "criminel".

agences/moha/jvia

Publié le 03 août 2014 à 14:20 - Modifié le 03 août 2014 à 22:52

Bombardements concentrés sur Rafah

Plus de 70 personnes ont été tuées dimanche dans le sud de la bande de Gaza, Rafah ayant essuyé l'essentiel des nouveaux bombardements avec 30 morts en tout.

Le bilan humain de l'opération "Bordure protectrice" dépasse désormais les 1700 morts dans le territoire palestinien, en majorité des civils, selon les services de santé de l'enclave.

Demandes palestiniennes pour une trêve

La délégation palestinienne qui tenait des discussions au Caire sur un éventuel cessez-le-feu à Gaza est tombée d'accord dimanche sur un ensemble de demandes, dont la fin du blocus de l'enclave palestinienne, selon des responsables.

Il s'agit d'"un cessez-le-feu; le retrait des troupes israéliennes de Gaza, la fin du siège de Gaza et l'ouverture des points de passage", a déclaré Maher al-Taher, un responsable du Front démocratique de libération de la Palestine.

Les médiateurs égyptiens transmettront les demandes des Palestiniens à Israël, qui a refusé d'envoyer une délégation au Caire après avoir fait porter au Hamas la responsabilité de l'échec d'un cessez-le-feu vendredi.