Modifié le 31 juillet 2014 à 09:24

Une frappe tue 17 Palestiniens sur un marché durant une supposée trêve

Une école de Gaza a été touchée par des obus de chars
Une école de Gaza a été touchée par des obus de chars L'actu en vidéo / 1 min. / le 30 juillet 2014
Une frappe a tué 17 personnes sur un marché de Gaza alors qu'Israël avait annoncé une "trêve humanitaire" mercredi après-midi. De son côté, Tsahal a annoncé la mort de trois de ses soldats.

Dix-sept personnes ont été tuées et 150 autres blessées lors d'une frappe israélienne menée mercredi sur un marché de Chajaya, une banlieue de l'est de la ville de Gaza, ont annoncé les secours palestiniens.

Ce nouveau drame est intervenu pendant la "fenêtre humanitaire" qu'avait annoncée l'armée israélienne, entre 14h et 18h en Suisse. L'armée avait toutefois prévenu que cette trêve ne s'appliquerait pas aux zones où ses soldats "sont actuellement engagés dans des opérations".

"Injustifiable", pour Ban Ki-Moon

Ces morts font passer le bilan des personnes tuées mercredi à Gaza à plus de 100. Seize ont notamment péri dans le camp de réfugiés de Jabaliya, quand deux obus de char ont frappé deux salles de classe d'une école de l'ONU où s'étaient réfugiés des habitants.

L'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNWRA) a accusé l'armée israélienne de "grave violation du droit international". Sur Twitter, son porte-parole a exprimé son indignation: "L'UNWRA est bouleversée, nous sommes arrivés à notre point de rupture, nos employés se font tuer, nos refuges sont bondés. Où cela s'arrêtera-t-il?", a-t-il écrit.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, a lui qualifié d'"injustifiable" le bombardement et demandé que "justice soit rendue".

Trois soldats israéliens tués

"Les Etats-Unis condamnent le bombardement d'une école de l'UNRWA à Gaza qui aurait fait des morts et des blessés parmi des Palestiniens innocents - dont des enfants - et des employés de l'ONU", a indiqué une porte-parole du cabinet de politique étrangère du président Barack Obama, en ajoutant condamner également "ceux qui sont responsables d'avoir caché des armes dans des bâtiments de l'ONU".

De son côté, l'armée israélienne a annoncé le décès de trois de ses soldats dans l'explosion de deux engins peu après la découverte d'un tunnel d'attaque dans une habitation palestinienne de Gaza.

mre avec agences

Publié le 30 juillet 2014 à 06:18 - Modifié le 31 juillet 2014 à 09:24

Déjà deux trêves avortées

Israël avait décrété samedi dernier une trêve humanitaire de 12 heures, prolongée de 4 heures, mais elle avait volé en éclats à la suite de la reprise des combats.

Une autre brève trêve déclarée lundi pour la fête musulmane du Fitr, marquant la fin du ramadan, avait été elle aussi rapidement rompue par les belligérants.

1363 Palestiniens et 56 soldats israéliens tués

Les derniers décès comptabilisés portent le bilan des victimes palestiniennes à 1363 morts et plus de 7600 blessés depuis le début des hostilités le 8 juillet. Selon l'ONU, les civils comptent pour trois-quarts du nombre de morts palestiniens.

De son côté, Israël a perdu 56 soldats, le bilan le plus lourd depuis la guerre contre le Hezbollah libanais en 2006. Trois civils, deux Israéliens et un Thaïlandais, ont été tués par des roquettes tirées depuis la bande de Gaza.