Modifié le 21 juillet 2014 à 06:49

Réunion de l'ONU après la journée la plus sanglante à Gaza dimanche

Les habitants de Chajaya fuyaient dimanche par milliers le secteur pilonné.
Les habitants de Chajaya fuyaient dimanche par milliers le secteur pilonné. [ - ]
Plus de 120 Palestiniens et 13 Israéliens ont trouvé la mort dimanche dans le conflit dans la bande de Gaza. Le Hamas a revendiqué en soirée l'enlèvement d'un soldat israélien.

Plus de 120 Palestiniens sont morts dimanche dans le pilonnage par l'armée israélienne, faisant de cette journée la plus sanglante depuis le début du conflit dans la bande de Gaza, où 13 soldats israéliens ont également été tués.

Le Conseil de sécurité de l'ONU devait se réunir en urgence dimanche à New York à 21H30 locales. La réunion a été convoquée à la demande de la Jordanie, après un appel en ce sens lancé par le président palestinien Mahmoud Abbas.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a pressé Israël de "faire beaucoup plus" pour épargner les civils. Le président américain Barack Obama a indiqué qu'il allait envoyer son chef de la diplomatie au Caire pour tenter de négocier un cessez-le-feu.

"Massacre" à Chajaya

Chajaya, une banlieue située à l'est de la ville de Gaza, a été particulièrement frappée. Les habitants ont fuit le secteur par milliers et nombre d'ambulances n'ont pas réussi à se rendre sur place.

Le gouvernement et la présidence palestiniens ont dénoncé un "massacre atroce". Le chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi a qualifié ce bombardement de "crime de guerre".

afp/rber/bri

Publié le 20 juillet 2014 à 09:34 - Modifié le 21 juillet 2014 à 06:49

Trêve discutée à Doha

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et le président palestinien Mahmoud Abbas sont actuellement tous deux à Doha. Le second devait s'entretenir avec le chef du Hamas Khaled Mechaal en vue d'une trêve à Gaza.

Mahmoud Abbas, que le Hamas dit avoir informé de ses conditions pour une trêve avec Israël, devrait aussi s'entretenir dimanche avec l'émir du Qatar, dont le pays est l'un des principaux parrains du Hamas.

Plus de forces israéliennes

Tsahal avait prévenu de l'intensification de son opération terrestre dans la bande de Gaza.

Des forces supplémentaires ont été enrôlées "pour combattre le terrorisme et établir une réalité qui garantit aux Israéliens de vivre en sécurité", a déclaré l'armée.

En tout, Israël a mobilisé 53'200 hommes sur les 65'000 réservistes.

Un soldat israélien kidnappé

La branche armée du mouvement palestinien Hamas a revendiqué dimanche soir l'enlèvement d'un soldat israélien. "Shaul Aaron est entre les mains des Brigades Ezzedine al-Qassam", a déclaré un porte-parole dans une allocution télévisée, provoquant une scène de liesse dans les rues.

L'armée israélienne a indiqué qu'elle "vérifiait" ces allégations.

Un commando de Gaza avait kidnappé en juin 2006 en Israël le soldat franco-israélien Gilad Shalit, libéré en novembre 2011 contre plus de 1000 prisonniers palestiniens.

Netanyahu se dit soutenu

Concernant notre opération dans la bande de Gaza, "le soutien est très fort au sein de la communauté internationale", a déclaré dimanche le Premier ministre israélien.

Le Hamas refuse "obstinément" tout cessez-le-feu, a affirmé de son côté le secrétaire d'Etat américain John Kerry. "Ils doivent admettre leur responsabilité", a-t-il martelé.