Modifié le 14 juillet 2014 à 09:03

Des dizaines de tués dans les combats qui se poursuivent en Ukraine

Des pro-Russes gardent un checkpoint sur la route entre Lougansk et Donetsk. Les enlèvements sont légion dans la région, selon Amnesty International.
Pro-russes et armée s'affrontent toujours en Ukraine Le 12h30 / 2 min. / le 13 juillet 2014
Tout au long du week-end, les combats entre l'armée ukrainienne et les rebelles pro-russes se sont poursuivis autour des bastions insurgés dans l'est du pays, faisant des dizaines de morts.

Un tir attribué aux forces ukrainiennes ayant fait un tué en Russie a fait monter la tension dimanche entre Moscou et Kiev. Les affrontements entre loyalistes et rebelles pro-russes se sont poursuivis tout au long du week-end autour des bastions insurgés de l'est de l'Ukraine, faisant près de 30 tués.

Six personnes ont été tuées au cours des dernières 24 heures à Donetsk, grande ville contrôlée par les rebelles dans l'est de l'Ukraine, ont indiqué dimanche les services médicaux de la région. Huit autres sont décédées à Mariinka, une localité de 10'000 habitants également tenue par les rebelles.

Des morts aussi à Lougansk

Neuf civils ont été tués dans la périphérie de Donetsk, grande ville contrôlée par les rebelles dans l'est de l'Ukraine, selon la municipalité. Huit autres sont décédés à Mariinka, une localité de dix mille habitants également tenue par les rebelles et distante de 30 km à l'ouest.

Six habitants ont trouvé la mort à Lougansk, autre place forte des insurgés, selon la mairie, tandis que le service de presse de l'"opération antiterroriste" ukrainienne évoquait trois militaires tués et deux blessés lors de tirs dimanche matin.

Les forces loyalistes, qui parachèvent l'encerclement de Donetsk, sont arrivées à une vingtaine de kilomètres de la ville. Kiev a affirmé avoir effectué samedi des frappes contre les bases des séparatistes, infligeant aux insurgés de "lourdes pertes".

ats/gchi/olhor

Publié le 13 juillet 2014 à 14:41 - Modifié le 14 juillet 2014 à 09:03

La situation "tend à se dégrader" selon Berlin et Moscou

Le président russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel ont convenu dimanche que la situation en Ukraine, où Kiev poursuit son offensive contre les séparatistes prorusses dans l'Est, "tend à se dégrader", a annoncé le porte-parole du Kremlin.

Au cours de leur discussion, qui a duré une heure et quart et a été consacrée à l'Ukraine, les deux dirigeants ont aussi "souligné la nécessité de la reprise d'urgence (des réunions) du groupe de contact sur l'Ukraine (qui comprend, outre ce pays, la Russie et l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), avec la participation des rebelles), peut-être sous la forme de visioconférences",a dit le porte-parole.

Obus sur la Russie: Moscou menace

Dimanche, Moscou a mis en garde Kiev sur de possibles conséquences après que la chute d'un obus dans une ville russe frontalière de l'Ukraine eut fait un mort. Elle a qualifié cet événement d'agression de la part de l'Ukraine.

"Cet événement témoigne d'une escalade extrêmement dangereuse dans les tensions (...) et peut avoir des conséquences irréversibles, dont l'Ukraine portera la responsabilité", a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères

De son côté, Kiev a démenti tout tir sur le territoire russe.

Pas de rencontre Poutine-Porochenko

Le président ukrainien Petro Porochenko a jugé "impossible" d'assister à la finale de la Coupe du Monde de football à Rio.

Samedi encore, les autorités brésiliennes indiquaient qu'il était attendu, mais dans la nuit la présidence ukrainienne a annoncé qu'il ne se rendrait pas au Brésil.

Petro Porochenko ne rencontrera donc pas le président russe Vladimir Poutine, alors que Kiev accuse Moscou de jouer un rôle moteur dans la rébellion pro-russe.