Modifié le 12 juin 2014 à 22:53

Washington envisage des frappes aériennes en Irak

Les combattants sunnites de l'EIIL ont pris le contrôle de la ville de Tikrit.
Les combattants sunnites de l'EIIL ont pris le contrôle de la ville de Tikrit. [ - ]
Les Etats-Unis ont promis mercredi d'aider militairement l'Irak, alors que le Conseil de sécurité se réunit jeudi pour tenter de juguler l'avancée des djihadistes vers Bagdad.

Le Conseil de sécurité des Nations unies se réunira à huis clos à partir de 17h30 pour discuter de la situation en Irak. La diplomatie américaine s'est pour sa part déclarée prête à aider l'Irak, tout en excluant de renvoyer des soldats dans le pays.

L'Irak a officieusement indiqué être ouvert à l'idée de frappes aériennes américaines contre l'offensive djihadiste, a affirmé un responsable occidental, qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat. L'administration Obama envisage plusieurs options, éventuellement par le biais de frappes effectuées par des drones, a-t-elle précisé.

Des forces gouvernementales impuissantes

Le porte-parole de l'EIIL, Abou Mohammed al-Adnani, a exhorté les insurgés à "marcher sur Bagdad", dans un enregistrement sonore daté de mercredi.

L'avancée des combattants de l'EIIL jusqu'à Tikrit, à 160 km au nord de Bagdad, face à des forces gouvernementales en déroute et un pouvoir chiite impuissant, a poussé environ un demi-million d'habitants à fuir.

Lire aussi: En Irak, les forces kurdes prennent le contrôle de Kirkouk

agences/fisf

Publié le 12 juin 2014 à 07:27 - Modifié le 12 juin 2014 à 22:53

Annulation de la réunion du Parlement faute de quorum

Le Parlement irakien n'a pu, faute de quorum, se réunir jeudi pour décréter l'état d'urgence dans le pays a déclaré un député. Pour pouvoir tenir la séance, 165 élus doivent être présents alors que seuls 128 députés étaient sur place.

Le Premier ministre Nouri al-Maliki et le bureau du président irakien Jalal Talabani avaient déposé mardi une demande conjointe auprès du Parlement pour déclarer l'état d'urgence.

L'annulation de cette session témoigne des dysfonctionnements du Parlement, qui a voté très peu de législations majeures ces dernières années.

Le Conseil de sécurité de l'ONU unanime

Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné jeudi tous les actes de terrorisme commis en Irak, où des combattants jihadistes continuent d'avancer vers Bagdad, et appelé à un dialogue urgent dans le pays entre toutes les parties.

Après deux heures de réunion, les 15 membres du Conseil ont exprimé leur soutien unanime au gouvernement irakien. Pour l'ambassadeur russe à l'ONU, il s'agit d'une occasion "exceptionnelle" de "prendre un nouveau départ en lançant un dialogue national ouvert".

Il a précisé qu'aucune suggestion n'avait été avancée quant à la prise de mesures contre les djihadistes.

La Russie constate l'échec américain en Irak

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a estimé jeudi que l'avancée des rebelles islamistes l'intégrité de l'Irak.

"Ce qui se passe en Irak est l'illustration de l'échec total de l'aventure qu'ont engagée avant tout les Etats-Unis et la Grande-Bretagne", a déclaré Serguei Lavrov, cité par l'agence Itar-Tass.

Les Britanniques excluent toute inervention militaire

Le ministre des Affaires étrangères William Hague a exclu "à ce stade toute implication militaire britannique", mercredi soir.

"Nous avons laissé l'Irak entre les mains de dirigeants irakiens élus, avec des forces armées, avec leurs propres forces de sécurité, donc c'est avant tout à eux de gérer cela", a-t-il poursuivi.

William Hague avait ajouté que Londres ferait "tout ce qui est possible pour soulager la souffrance humanitaire".