Modifié le 04 septembre 2015 à 12:01

Lancement d'une consultation sur les priorités futures de l'UE

Les chefs d'Etat et de gouvernement des 28 réunis à Bruxelle mardi soir ont donné  mandat au président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, pour trouver le prochain président de la Commission européenne.
Les chefs d'Etat et de gouvernement des 28 réunis à Bruxelle mardi soir ont donné mandat au président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, pour trouver le prochain président de la Commission européenne. [GEORGES GOBET - ]
Les dirigeants européens ont lancé mardi soir une consultation sur les "priorités" futures de l'Union européenne (UE), a annoncé le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy.

Les chefs d'Etat et de gouvernement européens ont décidé mardi de revoir les priorités de l'UE pour répondre à la vague europhobe des élections européennes. Ils ont chargé le président du conseil de mener les consultations pour trouver le prochain président de la Commission européenne.

Réunis pour un dîner informel à Bruxelles afin de tirer les leçons des élections européennes de dimanche, les dirigeants des 28 ont donné un mandat à Herman Van Rompuy.

Nouveau sommet européen fin juin

Le Belge doit dès à présent penser à tous les postes - présidence du Parlement, du Conseil européen et Haut représentant pour la politique étrangère -, et trouver un équilibre politique.

S'il se voit confier cette mission, c'est que les responsables européens n'ont pas su se mettre d'accord sur la personne de Jean-Claude Juncker.

L'idée est que les consultations de Herman Van Rompuy se terminent à temps pour que lors de leur prochain sommet, prévu à la fin juin, les 28 puissent proposer un nom à soumettre au Parlement.

agences/fb

Publié le 28 mai 2014 à 03:56 - Modifié le 04 septembre 2015 à 12:01

Cameron hostile à Juncker

L'ancien premier ministre luxembourgeois, qui revendique le poste de président de la Commission européenne, est le mieux placé puisque le parti populaire européen, dont il était le chef de file, est arrivé en tête du scrutin.

Il lui faut former une majorité, et la seule possibilité pour l'atteindre est une grande coalition avec les socialistes, et les libéraux.

Les chefs des groupes politiques du Parlement ont demandé mardi aux dirigeants de l'UE de laisser une chance à Jean-Claude Juncker. Mais plusieurs dirigeants de droite refusent de le soutenir, dont le conservateur britannique David Cameron et le libéral néerlandais Mark Rutte.

Réforme, croissance et emplois

Après le vote de défiance sans précédent de dimanche dans plusieurs pays, les dirigeants européens veulent aussi fixer des "priorités" à l'UE et à la prochaine commission.

Herman Van Rompuy a cité "la croissance, la compétitivité et les emplois", "une union monétaire qui fonctionne mieux, la lutte contre le "changement climatique", le projet d'une "union de l'énergie" et le "combat contre l'immigration illégale".

Francois Hollande et David Cameron ont demandé que l'Europe se réforme.