Modifié le 17 mai 2014 à 10:21

Le parti nationaliste hindou triomphe aux législatives indiennes

Narendra Modi s'exprimant dans la ville de Vadodora, ce 16 mai 2014.
Narendra Modi s'exprimant dans la ville de Vadodora, le 16 mai. [AFP PHOTO/INDRANIL MUKHERJEE - ]
Le nationaliste hindou Narendra Modi, futur Premier ministre de l'Inde, a célébré vendredi la victoire écrasante de son parti aux législatives en s'engageant à "réaliser les rêves" du peuple indien.

Le parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP) a remporté vendredi la majorité au Parlement passant la barre des 272 sièges sur un total de 543, a-t-on annoncé de source officielle.

Selon les chiffres de la Commission électorale, le BJP, conduit par le nationaliste Narendra Modi, l'a emporté dans 274 circonscriptions et était en tête dans huit autres où le comptage n'était pas encore achevé.

Relancer l'économie indienne

Les promesses d'emplois et de développement économique du BJP semblent avoir séduit un électorat déçu par le parti du Congrès de la dynastie Gandhi-Nehru. Ce dernier a reconnu sa défaite. "Nous sommes prêts à siéger dans les rangs de l'opposition", a dit le porte-parole et dirigeant du parti, Rajeev Shukla.

agences/sbad

Publié le 16 mai 2014 à 08:40 - Modifié le 17 mai 2014 à 10:21

Conséquences pour les Occidentaux

L'arrivée de Modi au pouvoir constituera un changement radical pour les grands pays occidentaux qui ont boycotté le dirigeant indien pendant près de dix ans après les émeutes qui ont ensanglanté le Gujarat en 2002.

Plus de 1000 personnes avaient été tuées dans ces émeutes, essentiellement des musulmans. Modi avait été accusé d'avoir encouragé les violences.

La bourse réagit positivement

Les marchés boursiers avaient anticipé une nette victoire de Modi avec une hausse de 5% sur la semaine, les investisseurs faisant preuve d'un optimisme, que certains jugent exagéré, sur sa capacité à sortir l'Inde de ses difficultés: infrastructures défaillantes, inflation galopante notamment.

Invitations

Barack Obama a appelé pour le féliciter de la victoire de son parti et l'a invité à Washington.

Le vainqueur des législatives a par ailleurs accepté l'invitation du Premier ministre britannique David Cameron au Royaume-Uni où le dirigeant nationaliste hindou fut longtemps persona non grata.

Modi clame la victoire de l'Inde