Modifié le 14 mai 2014 à 22:56

La table ronde sur l'Ukraine tourne au dialogue de sourds

La réunion de Kiev n'as pas permis d'amorcer une désescalade en Ukraine.
La réunion de Kiev n'as pas permis d'amorcer une désescalade en Ukraine. [ - EPA/ANDREW KRAVCHENKO / POOL Droit de l’image]
Une table ronde voulue par les Occidentaux en vue d'une désescalade en Ukraine n'a pas permis de faire évoluer les positions des protagonistes mercredi à Kiev.

Les autorités ukrainiennes ont martelé mercredi qu'elles ne céderaient pas au "chantage" des insurgés pro-russes qui contrôlent l'Est du pays lors d'une table ronde à Kiev placée sous l'égide de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

En ouvrant les débats, le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov a déclaré que l'Ukraine était "prête" à écouter les gens de l'Est mais refusait de céder au "chantage" des insurgés armés qui "imposent la volonté" de la Russie.

Un haut responsable parlementaire pro-russe Olexandre Efremov lui a répondu que "des dizaines de milliers" d'habitants locaux soutenaient les insurgés armés et que l'Ukraine devait arrêter son opération militaire dans l'Est qui ne fait "que des morts des civils pacifiques".

Lire aussi: La perte de la Crimée aurait coûté 100 milliards de dollars à l'Ukraine

agences/pym

Publié le 14 mai 2014 à 21:49 - Modifié le 14 mai 2014 à 22:56

Des pro-Russes huent Angela Merkel

Un meeting d'Angela Merkel a été perturbé mercredi à Berlin par une centaine de manifestants pro-russes qui l'ont hué et qui portaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Arrêtez les nazis en Ukraine" ou "Pas de guerre contre la Russie".

De son côté, la chancelière allemande a défendu les acquis de la construction européenne, en faisant une allusion aux manifestants. "Ceux qui manifestent en criant n'ont pas à craindre d'être interpellés, et c'est cela dont nous sommes fiers".