Modifié le 13 mai 2014 à 10:52

Amnesty International accuse 141 pays de pratiquer la torture

Manon Schick, directrice de la section suisse d’Amnesty International.
Rapport d'Amnesty sur l'utilisation de la torture dans le monde Le Journal du matin / 1 min. / le 13 mai 2014
Amnesty International a lancé mardi une campagne contre la torture qui durera deux ans. L'organisation non gouvernementale appelle la Suisse à s'engager activement pour l'abolition de cette pratique.

Amnesty International (AI) accuse des gouvernements du monde entier de ne pas tenir leurs engagements en ce qui concerne l'élimination de la torture. Au cours de ces cinq dernières années, Amnesty International a signalé des cas de torture et d'autres mauvais traitements dans 141 pays de toutes les régions du monde, indique l'organisation non gouvernementale (ONG).

Campagne de deux ans

Lancée mardi, la campagne qui durera deux ans veut "que les engagements pris dans cette Convention soient respectés", a expliqué Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International.

Selon AI, la Suisse doit prévenir les risques de tortures et de maltraitances. La Confédération a suspendu l'an dernier les renvois de Tamouls vers leur pays. Mais AI et d'autres ONG demandent que Berne reconsidère plus fondamentalement la pratique des expulsions. Amnesty International demande aussi à la Confédération d'interdire explicitement la torture dans son Code pénal.

ats/fxl

Publié le 13 mai 2014 à 10:06 - Modifié le 13 mai 2014 à 10:52