Modifié le 29 avril 2014 à 20:27

L'Union européenne sanctionne quinze nouvelles personnalités russes

Ukraine: Moscou demande à Washington de modérer ses propos
Offensive diplomatique occidentale contre Moscou 12h45 / 1 min. / le 29 avril 2014
Les noms de quinze nouvelles personnalités russes - dont le chef de l'armée - sanctionnées par l'Union européenne pour leur rôle dans la crise ukrainienne ont été dévoilés mardi.

Le chef d'état-major de l'armée russe, le patron du renseignement militaire, le vice-Premier ministre russe et deux vice-présidents de la Douma font partie des quinze nouvelles personnalités sanctionnées par l'Union européenne, dont la liste a été dévoilée mardi dans le Journal officiel de l'Union européenne (UE).

Bruxelles n'a en revanche pas pris de mesures à l'encontre de chefs d'entreprise.

Interdiction de visa et gel des avoirs

Ces personnalités, sanctionnées par l'UE pour leur rôle dans la crise ukrainienne, sont frappées par des interdictions de visa et un gel de leurs avoirs.

La liste inclut notamment Valery Gerasimov, chef d'état-major des forces armées russes. Il y est présenté comme "responsable du déploiement massif des troupes russes le long de la frontière avec l'Ukraine et de l'absence de désescalade".

La liste comprend désormais 48 noms, dont ceux de plusieurs proches du président Vladimir Poutine.

>> Lire aussi: La Russie promet de ne pas envahir l'Ukraine et dénonce les sanctions

ats/jvia

Publié le 29 avril 2014 à 12:30 - Modifié le 29 avril 2014 à 20:27

Une liste qui pourrait s'allonger

L'UE sanctionne également des meneurs du mouvement pro-russe dans l'est de l'Ukraine, des Russes impliqués dans le rattachement de la Crimée à la Russie, ainsi que 22 Ukrainiens actifs sous le précédent régime, sanctionnés pour "détournement de fonds publics".

Selon des sources diplomatiques, la liste pourrait continuer à s'allonger dans les prochaines semaines si la crise devait s'aggraver.

Dialogue rompu sur les observateurs de l'OSCE

Le maire auto-proclamé de la ville séparatiste de Slaviansk, dans l'est de l'Ukraine, a déclaré mardi qu'il ne discuterait pas de la libération des observateurs militaires de l'OSCE avec l'Occident tant que l'Union européenne maintiendrait ses sanctions contre des chefs rebelles.

La Russie a de son côté dénoncé les nouvelles sanctions de l'UE à son encontre. Moscou a estimé que ses "partenaires" européens se laissaient "mener" par les Etats-Unis.

Washington a en effet imposé lundi des sanctions contre 7 personnalités russes proches de Vladimir Poutine et contre 17 sociétés.