Modifié

Polémique sur le coût du sauvetage des migrants en Italie

Une opération de sauvetage de migrants au large de Lampedusa en Italie. [AFP Photo / Guardia Costiera - AFP]
Une opération de sauvetage de migrants au large de Lampedusa en Italie. [AFP Photo / Guardia Costiera - AFP]
Des partis politiques italiens ont réclamé l'arrêt des opérations de sauvetage de migrants en Méditerranée en raison de son coût énorme. En 48 heures, 1149 migrants ont été débarqués dans les ports siciliens.

Plus de mille migrants ont été secourus en 48 heures et débarqués sur les côtes siciliennes, dans le cadre de l'opération de la marine italienne Mare Nostrum. Des partis politiques ont réclamé son arrêt en raison de son coût énorme pour l'Italie.

Au cours des 48 dernières heures, 1149 migrants ont été débarqués dans les ports siciliens par la marine italienne, en coopération avec les gardes-côtes locaux et des navires marchands, a-t-elle annoncé mardi.

22'000 migrants

Depuis le début de l'année, près de 22'000 migrants et réfugiés sont arrivés par bateau sur les côtes italiennes, soit dix fois plus que sur la même période de 2013, d'après les autorités.

Selon les médias italiens, le gouvernement a déjà dépensé 60 millions d'euros pour l'opération Mare Nostrum confiée à la marine italienne, dont le coût est estimé à neuf millions par mois. En moyenne, cinq navires militaires avec leurs hélicoptères et plus de 900 marins et officiers participent quotidiennement à l'opération.


D'où viennent-ils, où vont-ils?

Le nombre d'entrées illégales a connu une forte hausse en 2013, notamment via la mer, comme le montre les chiffres de Frontex, l'agence de la coopération douanière européenne.

C'est notamment la hausse des migrants syriens qui a provoqué cette croissance.

Plusieurs pays européens ont aussi connu une hausse des demandes d'asile durant cette prédiode. C'est le cas notamment de l'Espagne, de l'Italie, de la Turquie. Ils figurent en rouge sur cette carte:

Publié Modifié

Appel à l'aide à l'Union européenne

Au début du mois d'avril, le ministre de l'Intérieur Angelino Alfano avait lancé un appel à l'Union européenne pour qu'elle aide davantage l'Italie face à l'afflux de migrants.

Il avait chiffré à entre 300'000 et 600'000 le nombre de candidats à l'émigration, prêts à embarquer depuis les côtes libyennes à destination de l'Europe.