Modifié le 14 avril 2014 à 21:16

Le Costa Concordia n'a touché qu'un "petit rocher" selon le capitaine

Le capitaine Schettino a été assailli par les journalistes.
Dans une communication téléphonique, interceptée par la boîte noire du bateau dix minutes après l'impact, et écoutée à l'audience, on entend le capitaine Schettino évoquer "un petit rocher". [ - AP Photo/Andrew Medichini]
Selon un témoignage lundi, le capitaine du Costa Concordia dont le naufrage en 2012 au large de l'île italienne du Giglio a fait 32 morts a jugé que le paquebot n'avait heurté qu'"un petit rocher".

Francesco Schettino, l'ex-capitaine du Costa Concordia, jugé pour le naufrage du paquebot de croisière en janvier 2012 près de l'île toscane du Giglio, a ce soir-là parlé seulement d'un "petit rocher" que le bateau aurait heurté. L'accident avait fait 32 morts

Témoignant lundi au procès de l'ancien capitaine, jugé depuis la mi-juillet par le tribunal de Grosseto (centre), le directeur de la cellule de crise de Costa Croisières a raconté ses échanges téléphoniques le soir du drame avec Francesco Schettino.

Communication écoutée à l'audience

"Les informations arrivaient au compte-gouttes. Au troisième coup de fil, le capitaine m'a assuré que le navire ne coulait pas", a affirmé à la cour Roberto Ferrarini.

Dans une communication téléphonique, interceptée par la boîte noire du bateau dix minutes après l'impact, et écoutée à l'audience, on entend le capitaine Schettino évoquer "un petit rocher".

ats/afp/olhor

Publié le 14 avril 2014 à 21:01 - Modifié le 14 avril 2014 à 21:16

Faux témoignage suggéré

Roberto Ferrarini, directeur de la cellule de crise de Costa Croisières, a également ajouté au procès que que lors d'une conversation, Francesco Schettino lui avait proposé d'élaborer ensemble une version des faits, contraire à la vérité.

Dans la nuit du 13 janvier 2012, le Concordia, qui naviguait trop près de la côte, avait heurté un écueil et s'était échoué sur des rochers à quelques dizaines de mètres du Giglio, avec à son bord 4229 personnes, dont 3200 touristes.

L'ex-capitaine est poursuivi pour homicides multiples par imprudence, abandon de navire et dégâts causés à l'environnement.