Modifié

Luc Ferry dénonce des députés français "malades mentaux"

4 mai 2013: Luc Ferry dans "Pardonnez-moi". [Patrick Lopreno - RTS]
Luc Ferry s'en prend aux députés français "malades mentaux" / Forum / 13 min. / le 8 avril 2014
L'ex-ministre français de l'Education Luc Ferry s'en prend vertement aux députés "malades mentaux" qui ont perturbé mardi le discours de politique générale de Manuel Valls à l'Assemblée nationale.

Ancien ministre de l'Education nationale de Jacques Chirac, Luc Ferry a pris la défense de Manuel Valls mardi et critiqué violemment les députés français sur Facebook, après le discours de politique générale du Premier ministre ce mardi (lire Manuel Valls présente les grands axes de sa politique pour la France).

Il réitère ses propos dans une interview à l'émission "Forum" de la RTS et évoque des "vociférations de bestiaux".

Le philosophe a été choqué par le bruit qui régnait dans l'hémicycle et se dit consterné. "Ces gens se conduisent comme des porcs, il faut dire les choses comme elles sont. Les types hurlent comme des abrutis, comme des malades mentaux dans un hôpital psychiatrique alors qu'on est dans un monde d'adultes, de parlementaires qui devraient se conduire comme des gens éduqués."

Pas un exemple pour les enfants…

"C'est hallucinant de penser qu'un Premier ministre de la France - qu'il soit de droite ou de gauche - ne peut pas tenir un discours devant les parlementaires sans être interrompu en permanence par des grognements, des hurlements, des vociférations de bestiaux! Et après, on demande à nos enfants de se tenir convenablement dans les collèges et les lycées", poursuit-il.

oang

Publié Modifié

Le fond du discours

Luc Ferry, homme de droite, salue un discours "UMP" de Manuel Valls. "C'est un vrai centriste au meilleur sens du terme".

"Ce qu'il a annoncé me paraît excellent, le problème est de savoir si les Verts et la gauche du parti socialiste le laisseront faire ce qu'il a annoncé", note-t-il.

L'ancien ministre souligne le "courage" de cet homme de gauche à entraîner son parti "du bon côté".