Modifié le 20 mars 2014 à 20:34

Des hommes armés s'emparent d'un bateau militaire ukrainien

Crise en Ukraine: une incertitude pèse sur d'éventuels dérapages militaires
Une incertitude pèse sur d'éventuels dérapages militaires 19h30 / 1 min. / le 20 mars 2014
Une corvette militaire ukrainienne a été attaquée jeudi par un groupe d'hommes armés à Sébastopol, tandis que l'Ukraine a déclaré qu'elle se battra pour la "libération" de la Crimée.

Un groupe d'hommes armés s'est emparé jeudi de la corvette ukrainienne Ternopil, à l'ancre à Sébastopol, a annoncé le porte-parole du ministère ukrainien de la Défense en Crimée Vladislav Seleznev.

Des grenades assourdissantes ont été utilisées lors de l'attaque et on a entendu des rafales d'armes automatiques, a-t-il dit à l'AFP, ajoutant qu'il ignorait le sort de l'équipage, n'ayant pas de liaison avec lui.

Sur Facebook, M. Seleznev avait expliqué que des miliciens pro-russes et des soldats russes avaient bloqué l'accès à la zone, tandis qu'un bateau avec des hommes armées s'approchait du Ternopil pour le prendre d'assaut.

Il n'a pas précisé si les forces russes s'étaient également emparées du Slavoutitch, une autre corvette ukrainienne stationnant à côté du Ternopil.

Un peu plus tôt dans la journée de jeudi, le commandant de la flotte russe en mer Noire, Alexandre Vitko, était monté à bord du Slavoutitch dans l'intention de négocier une reddition.

L'Ukraine "se battra pour libérer la Crimée"

L'Ukraine a affiché plus tôt jeudi sa détermination suite au rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie. Le Parlement de Kiev a adopté jeudi matin une résolution proposée par le président par intérim Olexandre Tourtchinov. Ce texte déclare que "l'Ukraine se battra pour la libération de la Crimée".

> Les Occidentaux maintiennent la pression diplomatique sur Moscou

Visas suspendus

La veille, Kiev avait annoncé plusieurs mesures sanctionnant la rupture avec Moscou, dont le retrait de la Communauté des Etats indépendants (CEI), organisation de onze républiques de l'ex-URSS. Il a aussi annoncé l'instauration de visas pour les Russes.

Libérations

Moscou a fait un geste d'apaisement en libérant le commandant de la marine ukrainienne capturé lors de la prise de contrôle de son quartier général mercredi à Sébastopol.

D'autres Ukrainiens détenus par les autorités de la Crimée, considérés par Kiev comme des "otages", ont également été libérés jeudi.

agences/jgal/olhor

Publié le 20 mars 2014 à 10:45 - Modifié le 20 mars 2014 à 20:34

La Douma ratifie le rattachement à la Russie

La Chambre basse du Parlement russe a ratifié jeudi après-midi le traité rattachant la Crimée à la Russie. La décision de la Douma a été prise par 443 voix pour et une seule contre. Les députés ont aussi adopté une loi constitutionnelle sur l'incorporation de la Crimée au territoire russe.

Le Conseil de la Fédération, la Chambre haute, doit se prononcer vendredi.

Le président russe Vladimir Poutine avait signé mardi ce traité sur la Crimée avec les leaders pro-russes de cette péninsule située au sud de l'Ukraine.

L'UE prépare une riposte

A Bruxelles, les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne doivent chercher dès jeudi après-midi une riposte crédible au rattachement de la Crimée à la Russie.

A l'occasion de ce sommet, l'Ukraine doit signer vendredi le volet politique de l'accord d'association avec l'UE.

Les Vingt-Huit pourraient annuler le sommet Russie-UE (G8) prévu en juin à Sotchi. Ils ne devraient toutefois pas aller jusqu'à des sanctions économiques. L'UE envisagerait d'élargir la liste de personnalités russes et ukrainiennes pro-russes frappées d'interdiction de visa et de gels des avoirs.

La première annonce de ce genre de sanctions par Washington et Bruxelles lundi a fait l'objet de commentaires ironiques à Moscou.